Table des matières

RECETTES VEGETARIENNES

Voici quelques recettes très simples et savoureuses, qui sont à la base de la nutrition végétarienne selon l’ayurveda et le yoga. ‘

Actuellement, Il existe une multitude de livres de recettes végétariennes ayurvédiques indiennes, ayurvédiques et pas indiennes ,indiennes et pas ayurvédiques…..I l y a aussi beaucoup de business autour de l’alimentation végétarienne ayurvédique.

Cela mérite d’avoir un peu de discernement .

Le plus important est de savoir que:

Se nourrir de façon ayurvédique et yogique c’est tout d’abord  manger  en conscience en fonction de votre constitution energétique, uniquement lorsque vous avez faim, des produits frais, de saison, biologiques et cultivés localement. C’est se nourrir d’ une alimentation fraîche et fraîchement préparée. C’est d’apporter  autant d’attention à la préparation du repas, qu’à sa dégustation car l’energie du cuisinier passe dans la nourriture.

Une merveilleuse façon de rester dans une belle conscience lorsque l’on s’apprête a préparer et à déguster un repas c’est de l’offrir au divin, c’est d’apprendre à spiritualiser sa nourriture.

 Ainsi L’art culinaire devient une science qui favorise l’épanouissement du corps et de l’esprit.

Descriptions

Le potentiel des épices

Regardez-les ! Toute une palette pour colorer et parfumer vos plats ! Mais les épices possèdent également un immense pouvoir thérapeutique. Considérées comme l’un des principales remères de l’AYURVEDA, les épices sont des petits infirmiers qui arrivent pour réparer tout ce qui bloque ou stagne. Non seulement les épices vous permettent de jouer infiniment avec les goûts et d’enrichir vos créations culinaires mais elles aident à digérer la nourriture, à détoxiquer et purifier notre organisme. Elles renforcent l’immunité et ont un grand impact préventif. La prévention c’est le pilier principal de l’Ayurveda.

L’énergie des épices en cuisine

Il est important de noter que la plupart des épices sont porteuses d’énergies surtout sattviques (celles de la pureté) ou au moins rajasiques (les énergie de la passion). Ils purifient donc notre énergie et élève le guna de la conscience.

Regardez ce que représente une épice sur le plan énergétique : souvent c’est l’aboutissement, le sens de la vie d’une plante ou d’un arbre. C’est l’amour pur entre le Soleil et la plante !

Ci-dessous une petite liste d’épices qui se combinent parfaitement et se révèlent être de puissantes aides digestives avec les céréales, légumineuses, légumes, fruits et produits laitiers :

CEREALES ET LEGUMINEUSES

La consommation de céréales et légumineuses est très acidifiante,consommez les sans abus en veillant à ce que votre consommation de fruits et légumes frais et vivants soit nettement supérieure.

Blé : chili, gingembre, noix de muscade, cardamone
Riz : chili, gingembre, asafoetida, cannelle, girofle, curcuma, cumin, graines de moutarde, nigelle
Haricots : chili, gingembre, poivre noir, cannelle, girofle, cumin, nigelle, fenugrec
Lentilles : gingembre, poivre noir, cannelle, girofle, cumin, nigelle, fenugrec, noix de muscade, coriandre
Avoine : chili, curcuma, poivre noir, fenugrec, asafoetida, girofle

LEGUMES

Carottes : chili, poivre noir, cumin, gingembre, girofle, asafoetida, curcuma, nigelle
Concombre : noix de muscade, gingembre, fenouil, poivre noir
Poivron : poivre noir, cannelle, girofle, cumin
Tomates : asafoetida, chili, fenugrec, curcuma, girofle, noix de muscade, poivre noir
Potiron, potimarron, citrouille : cardamone, fenugrec, chili, nigelle, gingembre
Navet : chili, girofle, noix de muscade, graines de moutarde, cumin, cardamone
Betterave : cannelle, poivre noir, coriandre, asafoetida, vanille, cumin, curcuma, noix de muscade
Choux : curcuma, cannelle
Pomme de terre : chili, fenugrec, asafoetida, nigelle, cannelle, noix de muscade, poivre noir, coriandre,

Fruits

Pomme : fenouil, vanille, gingembre, girofle, nigelle, noix de muscade,
Banane : vanille, safran
Ananas : cumin, cardamone
Raisin / raisin sec : cardamone, gingembre, zeste
Poire : cardamone, fenouil
Fraise : gingembre, zeste, cumin
Framboise : cumin
Datte : cardamone, fenouil, vanille, safran
Prune / pruneau : cardamone, fenouil

PRODUITS LAITIERS

Bien que je ne préconise pas la consommation de produits laitiers devenus délétères voici quelques astuces pour contre carré leur consommation « accidentelle »

Lait : noix de muscade, cardamone, curcuma, gingembre, cannelle, safran
Yaourt : thym, poivre noir
Fromage (type emmental) : cardamone, curcuma, poivre noir, thym

Quelques conseils :
1. Préservez vos épices de la lumière.
2. Broyez les épices vous même, le mieux une fois par semaine si ce n’est avant chaque repas.
3. Ajoutez les à la fin de la cuisson.
4. Choisissez les épices en fonction de votre dosha prédominant pour l’équilibrer.
5. Utilisez les épices en mélange des tisanes.
6. Utilisez les épices pour coloriez vos plats !

PREPARATION D’UN CHURNAM

Un CHURNAM est un mélange de plusieurs épices élaboré pour un usage médicinal, cosmétique ou culinaire. Dans ce dernier cas, on peut le saupoudrer directement sur les aliments après leur préparation.

Utilisé régulièrement, il équilibrera l'organisme, purifiera le sang et améliorera la digestion. En fonction de votre dosha, certaines épices vous sont conseillées plus que d'autres.

Un mélange d'épices tout prêt est très pratique. Il permet d'augmenter AGNI, votre feu digestif, en cas de repas pris hors de chez vous (voyages, déplacements, restaurants, ...)

De la sorte, on digérera mieux une nourriture souvent totalement indigeste et qui de ce fait ne vous apporte aucune énergie, pire, qui vous en enlève.

Je vous propose 3 préparations en fonction de vos doshas:

Vata Churnam: Mélange calmant, réchauffant 
Coriandre, cumin vert, curcuma, poivre noir, gingembre, 
cardamome, persil, ajwain, jaggery, sel marin

Pitta Churnam: Mélange rafraîchissant 
Coriandre, cumin vert, curcuma, poivre noir, cardamome 
gingembre, fenouil, cannelle, jaggery, sel marin

Kapha Churnam: Mélange stimulant et amincissant 
Coriandre, cumin noir, curcuma, poivre noir, cardamome, 
clous de girofle, moutarde (graines), gingembre sec, 
fenugrec, laurier

Ces mélanges sont un vrai régal sur toutes vos préparations.

Saupoudrez les sur votre quinoa, vos pommes de terre, vos plats de légumes cuisinés, dans vos salades, vos soupes…. Amusez vous à varier les compositions suivant vos doshas, selon vos goûts, vos envies ou votre curiosité ...

Mon conseil: Achetez les épices entières ainsi qu'un petit moulin à café pour les moudre. Préparez votre mélange en quantité raisonnable afin que les arômes ne se ventilent pas avant que le churnam ne soit utilisé. Un mélange fraîchement moulu gardera toute son énergie vitale, son prana pour votre plus grand bienfait!!

Il faut savoir en médecine ayurvédique,que pour mesure les substances que l‘on va utiliser,on repère les mensurations de tout un chacun,la taille de la main d’un individu, indique ce qui convient à cette personne.

Graines germées et alimentation vivante

Classification des aliments d'Edmond Bordeaux-Szekely

Au XIXe siècle, Edmond Bordeaux-Szekely, un érudit hongrois, philosophe et expérimentateur de la vie naturelle, a réalisé de nombreux travaux sur l’alimentation. Il a classifié les aliments, non en fonction de leurs nutriments, mais en fonction de leur vitalité. A ce titre, sa classification est intéressante:

  • Aliments biogéniques: qui engendrent la vie.
    Exemples: graines germées, jeunes pousses, produits lacto-fermentés, algues, herbes aromatiques, fleurs comestibles, …
    Aliments bioactifs: qui entretiennent la vie.
    Exemples: fruits et les légumes crus
    Les aliments biostatiques: qui ralentissent la vie.
    Exemples: céréales et légumes cuits à basse température.
    Les aliments biocidiques: qui tuent la vie.
    Exemples: ce sont les aliments considérés comme toxiques: produits laitiers, café, sucre, boissons sucrées et l'ensemble des produits industriels raffinés.

Une personne qui se nourrit exclusivement d’aliments raffinés, morts, artificiellement stimulants, voit sa vitalité diminuer progressivement: mauvaise mine, manque d’allant, problèmes digestifs et d’élimination, conséquences d'un encrassement progressif de l’organisme.

Intégrer des aliments biogéniques et augmenter la proportion d’aliments bioactifs et biostatiques, tout en respectant son potentiel digestif, peut se révéler très favorable pour augmenter la vitalité et améliorer la santé.

Attention cependant de modifier son alimentation de façon progressive et de respecter son potentiel digestif. L'Ayurveda insiste d'ailleurs beaucoup sur ce point: il n’est pas donné à tout le monde de supporter une alimentation quasiment crue!

Notre mode de vie nous sollicite énormément et laisse peu de place – d’énergie – pour la digestion correcte des aliments: d'ailleurs la plupart des gens ont de la peine à mâcher et à insaliver suffisamment leurs aliments.

Un exemple de ce paradoxe: les légumes cuits, sont plus digestes que les légumes crus, même s’ils ont perdu à la cuisson des éléments nutritifs précieux – vitamines et enzymes – et une bonne partie de leur énergie vitale… A ce propos, il vaut aussi la peine de s'intéresser au modes de cuisson sains des aliments.

Notons encore que les jus de fruits et de légumes frais sont une façon intéressante de faciliter la digestion des aliments bioactifs. Il convient cependant de bien les insaliver, eux aussi ;)

Germination

La germination fait augmenter considérablement la teneur en vitamines et en enzymesdes plantes.
Pour qui est intéressé à commencer, un minimum de matériel est nécessaire. Le germoir sur les photos vous permet de faire germer tous les types de graines. Il existe plusieurs modèles dans le commerce, suivant la quantité que l'on souhaite produire et le type de germination choisi:

  • les graines germées: on arrête la germination lorsque le germe est apparu et avant le développement de la plante (blé, tournesol, sésame, …)
    les pousses germées: la germination est poursuivie après l’apparition du germe. La jeune plante pousse en germoir (alfalfa) ou sur un peu de terre (tournesol).

Ici, je ne vais pas détailler comment préparer les graines. Une foule de sites l’ont très bien fait. L’article « Graines germées » sur Ekopedia est très complet. Il donne aussi plusieurs autres liens utiles.

Voici des graines de sésame germées. Le sésame germé est excellent.

Sa graine est d’une extrême richesse: elle renferme 20-22 % de protéines de très haute qualité, 48-52 % de corps gras et une forte proportion de minéraux et d’oligo-éléments précieux : calcium (Ca), phosphore (P), fer (Fe), magnésium (Mg), silice (Si), aluminium (Al), chrome (Cr), nickel (Ni), cuivre (Cu) et en sélénium (Se) ainsi que la quasi-totalité des vitamines du complexe B, E et F.
La graine de sésame est émolliente, laxative, tonique et diurétique. Le sésame est très riche en calcium facilement assimilable et est donc reminéralisant.

Utilisation: On peut ajouter les graines de sésame sur ou à côté d’une salade, sur un potage, des légumes, du riz, …

Attention: Il faut prendre du sésame complet pour la germination.

Au bout de quelques heures il est déjà prégermé. En un jour ou deux, les petits germes ont déjà apparus. Mais, si vous le laissez germer longtemps, il prend un goût de plus en plus prononcé, un peu amer.

Les graines de fenugrec sont moins connues. Elles germent très vite, un peu comme les lentilles.

Les graines de fenugrec ont un goût aromatique soutenu. Elle fait partie des épices douces. Son goût est à la fois amer et piquant, ce qui en fait une saveur à privilégier au printemps.

On peut utiliser le fenugrec germé comme le sésame germé, pour ce qui est des plats salés. Son goût ne convient pas pour les mets sucrés.

Le fenugrec stimule l’appétit, et est donc indiqué pour aider à lutter contre l’anorexie , les états de maigreur nerveuse ou métabolique.
Il a une action régulatrice du taux d’insuline.
Il permet d’augmenter la sécrétion de lait.
La saveur piquante est stimulante après la période hivernale et la saveur amère est purgative.

L’ épeautre et le blé germés sont excellents, avec des plats salés ou sucrés.

La richesse et les qualités du blé germé sont reconnues depuis longtemps. Il est riche en vitamines B1, B2, B6, B9, E, magnésium, zinc, phosphore, fer, protéines et fibre

Le tournesol germé

Son avantage: vous n’avez même pas besoin de germoir. Ses protéines sont extrêmement complètes et adaptées à l’homme.

Les graines de tournesol germées sont riches en vitamines A, B1, B2, B6, B12, D, E, F, K. Elles contiennent des acides aminés essentiels et sont également riches en minéraux.

Nous pouvons en consommer le matin:

  • Le soir, mettre à tremper, dans un peu d’eau à température ambiante, quelques cuillerées à soupe de tournesol décortiqué. Le matin, c’est prêt.
    • Consommer tel quel, ou avec des fruits coupés, ou des céréales du petit déjeuner. Bref, selon vos souhaits!

LES PETITS DÉJEUNERS AYURVÉDIQUES

L’ayurvéda préconise de tenir compte des saisons dans l’hygiène de vie et dans le choix des aliments. Il est recommandé de toujours prendre avant le petit déjeuner une tasse d’eau chaude avec quelques gouttes de citron pour purifier le foie.

PÉRIODE VATA de fin octobre à début février

Épices recommandées : gingembre, cannelle, cardamone, curcuma, poivre, cumin

  • Thé, tisane
  • Porridge avec lait de riz
  • Porridge avec lait d’amande
  • Porridge avec lait de châtaigne
  • Porridge avec lait d’avoine
  • Pommes revenues dans le ghee avec les différents porridges, avec des raisins secs et du miel, sirop d’agave, sirop d’érable
  • Tranches de pain complet avec ghee
  • Tranches de pain complet avec du miel
  • Crème de riz ou d’avoine avec de l’eau ou du lait végétal, avec du gingembre, cannelle, cardamone, curcuma. Utiliser des fruits secs pour accompagner les porridges, il faut les tremper dans de l’eau la veille, pour une meilleure digestion et une bonne énergie
  • Pancakes sans œufs (farine, ghee, eau, lait végétale, pommes ou poires râpées, épices)

Petit déjeuner salé

  • Soupe miso avec ou sans soja, riz, millet, orge, épices
  • Soupe de légumes

PÉRIODE PITTA de fin juin à début octobre

Épices recommandées : curcuma, coriandre, persil, cardamone, fenouil, noix de coco râpée, vanille, rose, cannelle

  • Thé, tisane
  • Préparer des smoothies sans lait, avec de l’eau des fruits et du lait végétal, du miel, sirop d’agave, sirop d’érable. Exemple : banane, avocat, crème d’amande, eau chaude, miel
  • Fruits frais de saison en salade ou entiers, avec du miel, fruits secs
  • Cornflakes, riz soufflés sans sucres ajoutés avec lait végétal, fruits ou bien fruits secs
  • Compotes de fruits
  • Pain complet avec du ghee, doré dans la poêle
  • Pancakes sans œufs (farine, ghee, eau, lait végétal, pommes ou poires râpées, épices)
  • Jus de fruits frais

PERIODE KAPHA de fin février à début juin

Épices recommandées : poivre noir, curcuma, Asa-Foetida, cumin, paprika, gingembre, safran

  • Muesli aux fruits, gingembre râpé
  • Lait végétal
  • Pain complet avec du ghee, doré dans la poêle
  • Pain complet avec du miel
  • Crème d’avoine, d’orge ou de riz (crème de riz au safran)
  • Chaï tea sans thé noir

Recettes DES PETITS DÉJEUNERS AYURVÉDIQUES

Barres énergétiques aux fruits secs

  • ½ tasse de noix de cajou
  • ½ tasse de noix
  • 2 tasses de graines de lin
  • 1 tasse de dattes ou d’abricots
  • 1 cuillère de gingembre râpé
  • 1 tasse de camomille séchée
  • Le jus d’1 demi citron + les zestes
  • 2 cuillères à café de vanille

Mixer les noix de cajou, les cerneaux de noix, les graines de lin, les fruits secs, et ajouter les autres ingrédients dans l’ordre de la recette. Étaler la préparation sur une plaque avec un papier sulfurisé, puis la mettre au réfrigérateur. Quand la préparation a durci, vous pouvez découper des barres et les consommer de suite ou bien pendant l’exercice.

Barres énergétiques au gingembre

  • 2 tasses d’avoines ou de riz soufflés
  • 1 tasse de noix de cajou
  • ¼ de tasse de miel ou deux pincées de stévia
  • 2 cuillères à café de cannelle
  • 1 cuillère à café de gingembre fraîchement râpé
  • 1 tasse de raisin préalablement trempé dans l’eau

Mixer les noix de cajou. Séparément, mixer les raisins secs, puis rajouter les autres ingrédients. Rajouter les noix de cajou et mixer le tout. Étaler la préparation sur une plaque. Les barres énergétiques peuvent se consommer crues ou bien cuites, à vous de choisir. Vous pouvez aussi les faire en forme de biscuits.

 

Crème de riz à la frangipane

  • 4 cuillères à soupe de farine de riz complet
  • 2 verres de lait végétal
  • 1 cuillère à soupe de purée d’amandes
  • Un peu de sucre de canne ou sirop d’agave

Délayer la farine de riz dans le lait végétal, faire chauffer en remuant constamment, dès que cela épaissit, ajouter la purée d‘amandes pour qu’elle fonde dans la crème, ajouter ensuite le sucre de canne ou sirop d’agave. Vous pouvez évidemment y ajouter des fruits secs en fonction de vos goûts.

 

Muesli maison

  • Flocons de céréales sans gluten : sarrasin, riz complet, quinoa et amarante (existe au miel), 1 tasse de noix de coco
  • 1 tasse d’amandes effilées
  • 1 tasse de fruits rouges séchés : goji, myrtille, cerise, canneberge…

Mélanger toutes les céréales avec les amandes effilées que vous aurez fait dorer à sec quelques secondes à la poêle. Ensuite faites revenir aussi la noix de coco en remuant avec une spatule en bois mais attention à ne pas les faire griller. Mélanger le tout. Ce mélange se déguste avec des laits végétaux : amande, riz vanillé.  Vous pouvez le préparer à l‘avance et le stocker dans un bocal en verre. Pour les enfants, vous pouvez prendre des céréales soufflées et ajouter des pépites de chocolat.

Crème aux baies de goji

  • 1 bol d’amandes
  • 2 cuillères à soupe de pignons
  • 2 cuillères à soupe de baies de goji (ou de canneberges ou raisins secs)
  • 2/3 dattes et jus de citron.

Faire tremper la nuit, les baies de goji, les amandes et les pignons. Le lendemain, égoutter, rincer, retirer la peau des amandes et mixer le tout dans un blender. Y ajouter les dattes dénoyautées et le jus du citron avant de mixer.

Porridge

  • Flocons de céréales (avoine, sarrasin, épeautre, châtaigne,…)
  • Lait végétal (soja, riz, épeautre, amande, avoine,…)
  • 1 fruit de saison (pomme, poire, pêche, banane, myrtilles…)
  • Des fruits secs (trempés dans un verre d’eau la veille)
  • Du gingembre frais râpé
  • Des épices (curcuma, cannelle, clou de girofle, épices à spéculos,…)

Coupez les fruits en morceaux, puis mettre tous les ingrédients dans une casserole. Cuire à feux doux (10m) tous en mélangeant. Rajouter les épices selon le goût. Retirer du feu et finir avec une bonne cuillère de miel (quand le mélange à refroidi).

A déguster chaud accompagné d’une bonne infusion ayurvédique.

Recettes

Soupe ayurvédique basée sur les 6 saveurs

(voir la science des 6 gouts) créer le lien
Ces 6 saveurs ont une influence particulière sur les doshas.

les ingrédients de la recette :

  • 200 g de haricots Mungo ou de haricots Mungo cassés 
  • 100 g de lentilles corail
  • 1 gousse d'ail
  • 1/2 c.à.c de poudre curcuma
  • 1 cm de gingembre frais
  • 1/2 c.à.s de graines de cumin ou de poudre de cumin
  • 1/2 c.à.s de graines de fenugrec ou de poudre de fenugrec
  • 1/2 c.à.s de graines de fenouil ou de poudre de fenouil
  • 1 c.à.s de graines de coriandre ou de poudre de coriandre
  • le jus d'un demi citron
  • 1 pincée de gros sel
  • 1 filet d'huile d'olive
  • Quelques feuilles de coriandre fraîches

Après avoir fait revenir tous ces ingrédients dans un wok , ajouter de l’eau filtrée ou de source selon consistance désirée , chauffer encore quelques instant et regalez vous.

Chili végétalien sans cuisson

Parce que l’alimentation vivante, ce n’est pas que pour la saison chaude, voici une recette qui allie la fraîcheur des légumes crus et les saveurs chaudes et réconfortantes d’un plat cuit : le chili.
Les épices sont une façon efficace et agréable de réchauffer les plats crus lorsqu’il fait froid. Cannelle, gingembre, muscade, ail et piments forts de tous genres, les épices stimulent la circulation sanguine grâce à leur action vasodilatatrice, élevant ainsi légèrement la température du corps pour un effet réchauffant de longue durée.
Dans ce chili, j’ai laissé les quantités d’épices à un niveau très raisonnable afin que le plat plaise à toute la famille, mais les amateurs de sensations fortes n’ont pas à se priver !

Différentes présentations

J’ai choisi de servir ce plat tout simplement, avec quelques cubes d’avocats et un quartier de lime, comme un chili traditionnel.
Il sera aussi délicieux présenté sur un lit de laitue, garni de guacamole, d’olives noires et de coriandre fraîche pour une spectaculaire salade mexicaine.
Cette même préparation sera parfaite pour farcir des poivrons ou pour y tremper des nachos ou des craquelins.

La recette : Chili végétalien sans cuisson

Nombre de portions : 
• 1
Ingrédients : 
• ¼ de tasse de champignons 
• 2 cuillerées à table de noix de Grenoble 
• 2 cuillerées à table d’oignon rouge 
• 1 cuillerée à table de piment jalapeño frais sans les graines (ou un peu de cayenne) 
• ½ gousse d’ail pressée 
• 2 cuillerées à thé de jus de lime 
• ¼ de cuillerée à thé de sel 
• ¼ de cuillerée à thé de cumin 
• ¼ de cuillerée à thé de coriandre moulue 
• Une petite pincée de paprika fumé (optionnel) 
• Quelques pincées de poudre de chili (plus ou moins selon les préférences et l’intensité du mélange) 
• ¼ de tasse de tomates séchées trempées 15 minutes dans de l’eau tiède 
• 1 datte de type Medjool (ou une cuillerée à thé de nectar d’agave ou autre sucre non raffiné) 
• ½ tasse de tomate fraîche en gros cubes 
• ½ tasse de poivrons rouges et verts en cubes d’environ 1 cm 
• ½ tasse de courgettes en cubes d’environ 1 cm 
• Pour garnir au moment de servir, au goût : coriandre fraîche, avocats en cubes (ou en guacamole), quartier de lime, cubes de tomates, poivrons, oignons…

Méthode et préparation : 
La liste des ingrédients est un peu longue, mais la recette se sépare en quelques étapes simples : le hachis de légumes, la sauce tomate et les légumes en morceaux.
1. Commencer par préparer le hachis de légumes qui sera la base de la sauce. Hacher finement au couteau ou au robot culinaire les champignons, les noix de Grenoble et l’oignon rouge. Ne pas réduire en purée, il est important de conserver une texture granuleuse qui rappelle le tofu émietté. Ajouter les assaisonnements : le piment jalapeño, l’ail, la lime, le sel, le cumin, la coriandre, le paprika, la poudre de chili. Bien mélanger et laisser en attente.
2. Au mélangeur ou au robot culinaire, liquéfier le ¼ de tasse de tomates séchées réhydratées et égouttées, la datte et la ½ tasse de tomates fraîches. Ajouter cette sauce au hachis de légumes et bien mélanger avant de laisser en attente une fois de plus.
3. Préparer les cubes de légumes qui donneront de la texture et du croquant au chili : les poivrons et les courgettes. J’aime les laisser assez gros pour qu’on les reconnaisse bien, environ 1cm.
4. Ajouter les légumes à la sauce et goûter pour ajuster les assaisonnements. Les saveurs se mélangeront et le chili sera encore plus savoureux après avoir reposé, même aussi peu que 15 minutes.
Servir, idéalement, à température de la pièce et conserver les restants au frigo.
Variations 
Plusieurs légumes sont tout à fait délicieux dans ce chili, on varie selon les envies et les disponibilités : tranches de champignons, grains de maïs, petits cubes de carottes, de fenouil ou de céleri, etc.
Changer les assaisonnements mexicains (coriandre, cumin, chili, paprika, jalapeño) par des assaisonnements italiens (origan, basilic, quelques raines de fenouil) pour obtenir une sauce de type bolognaise crue qui sera parfaite sur des pâtes de courgettes.

Falafels aux graines de tournesol et sauce tzatziki végétalienne

Ces petites boulettes aux saveurs moyen-orientales sont habituellement à base de pois chiches et cuites à la friture ou au four. J’ai eu envie de les recréer en version crue, des boulettes qui se serviraient aussi bien tièdes que froides, sur une salade ou dans un wrap végétal.
La sauce tzatziki ne contient aucun produit laitier, ce sont les noix de cajou qui lui donnent son onctuosité. Un repas végétalien, cru et sans gluten.

Détournements ludiques

Un des plaisirs de l’alimentation vivante est de réinventer les classiques culinaires, de s’approprier des noms, des saveurs et des formes pour les appliquer à des ingrédients végétaux et peu transformés… au grand dam de certains puristes gastronomiques !
Ces boulettes, par exemple, pourraient très bien emprunter des saveurs italiennes (on remplacerait le cumin, le curcuma et la coriandre par de l’origan, du basilic et quelques graines de fenouil) et se retrouver sur une assiette de spaghettis de courgettes.

Cuisson douce

Plusieurs recettes en alimentation vivante nécessitent un déshydrateur. À moins d’avoir l’intention de l’utiliser régulièrement pour la crusine et la conservation, un déshydrateur est un gros investissement. Il serait dommage de se priver de toutes ces recettes crues, les craquelins, les pains et les appétissants biscrus qui remplacent souvent avantageusement leur contrepartie cuite.

La cuisson douce, même si elle ne préserve pas les nutriments autant que peut le faire la déshydration, permet d’apprivoiser certaines recettes d’alimentation vivante et offre plus de souplesse quant au temps de préparation, tout en correspondant aux critères d’une alimentation hypotoxique. Ces boulettes, par exemple, ont pris 45 minutes à cuire dans un four à 225 degrés Fahrenheit. La cuisson douce peut aussi permettre une transition toute en douceur vers une alimentation de plus en plus crue, de plus en plus vivante !

Rendement :
• De 20 à 24 petites boulettes
Ingrédients : Falafels
• 1 tasse de graines de tournesol décortiquées crues
• ¼ de tasse de graines de sésame
• 1 cuillerée à table de graines de lin
• ¾ de tasse de courgette râpée très finement
• ¼ de tasse de carotte râpée très finement
• 2-3 cuillerées à table d’oignon finement haché
• ¼ de tasse de persil haché fin
• ¼ de tasse de coriandre fraîche hachée (ou persil)
• 1 petite gousse d’ail pressée
• 1 cuillerée à thé de jus de lime (ou de citron)
• ¼ de cuillerée à thé de curcuma moulu
• ½ cuillerée à thé de graines de cumin
• Une pincée de cayenne (au goût)
• ½ cuillerée à thé de sel de mer (au goût)
• Quelques tours de moulin à poivre
Ingrédients : Tzatziki
• ½ tasse de noix de cajou crues non salées trempées 3 à 6 heures dans de l’eau fraîche
• ½ tasse de courgette en petits cubes (épluchée si on veut une sauce plus blanche)
• Environ ¼ de tasse d’eau
• ½ tasse de concombre râpé (bio avec la pelure idéalement)
• 1 échalote (oignon vert) hachée finement
• 1 à 2 cuillerées à table de fines herbes fraîches au choix : coriandre, menthe ou aneth
• 2 cuillerées à table de jus de citron
• Une toute petite gousse d’ail dégermée et pressée (au goût)
• Une bonne pincée de sel
Méthode et préparation :
1. Pour préparer les falafels, commencer par moudre finement les graines de tournesol, de sésame et de lin. Un moulin à café fait parfaitement le travail, sinon, le robot culinaire avec la lame en « s » ou le mélangeur (blender) fonctionnent aussi. Laisser en attente.
2. Mélanger tous les autres ingrédients des boulettes : légumes râpés et hachés et assaisonnements. Ajouter graduellement les graines moulues à ce mélange. Bien mélanger, avec les mains, c’est encore mieux!
3. La pâte doit être assez ferme pour être roulée entre les mains pour former des boulettes qui se tiennent bien. Le contenu en eau des légumes étant très variable, il est possible que la pâte soit trop liquide. Simplement ajouter des graines de tournesol moulues, une ou deux cuillerées à la fois, jusqu’à obtenir un texture de pâte à biscuits.
4. Rouler les falafels en utilisant une cuillerée à table rase de pâte à la fois. Mieux vaut que les boulettes ne soient pas trop grosses.
5. Mettre au déshydrateur pour environ 8 heures à 115 degrés Fahrenheit. Le temps de déshydratation est approximatif, une déshydratation plus longue donnera des boulettes plus fermes, l’extérieur sec et l’intérieur fondant.
6. Si vous choisissez de cuire les falafels au four, procédez de la même façon pour faire de petites boulettes et mettez-les sur un plaque très légèrement huilée avant de les enfourner à 225 degrés Fahrenheit pour environ 45 minutes.
7. Pendant la cuisson ou la déshydratation des falafels, vous pouvez préparer la sauce tzatziki. Elle se conserve bien au frigo et sera encore meilleure après quelques heures.
8. Passer au mélangeur (blender) ou au robot culinaire avec la lame en « s » les cajous trempés et bien égouttés, la courgette épluchée coupée en petits cubes, le ¼ de tasse d’eau, le jus de citron, la pincée de sel et la petite gousse d’ail pressée. Laisser tourner longuement, pour que le mélange devienne parfaitement crémeux.
9. Transférer cette sauce dans un bol et y ajouter le concombre râpé, l’oignon vert et les fines herbes. Bien mélanger et goûte pour ajuster le sel et le citron au goût.
10. Garder au frigo jusqu’au moment de servir.
11. Lorsque les falafels auront suffisamment déshydraté/cuit, il est possible de les servir aussitôt ou de les réfrigérer jusqu’au moment de servir.
12. Servir avec la sauce tzatziki sur une salade bien croquante garnie de tomates, d’olives noires, de concombres et de rondelles d’oignons; ou bien garnir une grande feuille de laitue ou de bette à carde comme on garnirait un pita et y glisser quelques falafels avant de rouler.

Végépâté de tournesol germé

Le végépâté est un classique de la cuisine végétarienne. Le voici revu façon alimentation vivante et sans gluten.

Des graines de tournesol germées, des légumes frais et quelques assaisonnements : une recette de base simple qui s’adapte pour permettre de réaliser une foule de repas différents.

Trempage et germination

Le trempage des graines et des noix est un geste simple, une bonne habitude à prendre lorsqu’on souhaite que nos repas soient un peu plus « vivants ».
Oui, il faut planifier à l’avance, mais il est bon de savoir qu’un trempage, même très court, augmentera grandement la digestibilité des noix et graines. Si on peut faire suivre le trempage d’une période de germination, c’est encore mieux!

Germination en pots

J’utilise la méthode de germination en pots, une technique économique et très efficace pour les graines et les noix. Mes graines de tournesol trempent une nuit avant d’être égouttées et mises à germer dans un bocal en verre pour 6 à 12 heures. Le germe pointera à peine, mais c’est suffisant. Elles sont ensuite prêtes à être utilisées aussitôt ou réfrigérées jusqu’à utilisation.

Un pâté polyvalent

Les pâtés de noix comme celui que je présente ici peuvent se déguster en tartinade, dans des sandwiches ou en trempette. On peut aussi tout simplement en placer une boule au centre d’une grosse salade verte pour un repas nutritif. Mais ces pâtés sont aussi bien pratiques pour garnir toutes sortes de wraps et de roulés.
On peut, par exemple, les rouler dans une algue nori avec des légumes en juliennes pour de beaux sushis végétaliens sans riz, les rouler dans de fines tranches de concombre ou de courgette, ou encore en farcir de grandes feuilles de bette à carde ou de chou collard pour obtenir un wrap bien vert. Plein de possibilités pour des repas crus originaux.

Végépâté de tournesol germé

Rendement : environ 1 tasse (250 ml) de pâté
Ingrédients :
• 1 tasse (250 ml) de graines de tournesol décortiquées, crues, non salées (mesurées avant trempage et germination)
• 3 c. à table (45 ml) de jus de citron fraîchement pressé
• 1 à 2 cuillerées à thé (5-10 ml) de tamari sans gluten
• 1 c. à thé (5 ml) de levure alimentaire
• 1 petite gousse d’ail pressée
• 1 c. à table (15 ml) de persil frais haché
• 1 c. à table (15 ml) de ciboulette hachée (ou échalote verte)
• 1 c. à table (15 ml) de carotte râpée très finement
• 1 c. à table (15 ml) de céleri haché finement
• Sel et poivre, au besoin et au goût
Méthode et préparation :
1. On prévoit le trempage et la germination la veille. Les graines de tournesol passeront une nuit dans l’eau et seront égouttées et rincées au matin avant d’être mises à germer pour 6 à 12 heures. Si on manque de temps, le pâté sera aussi bon avec seulement un trempage… 2 heures au minimum, idéalement une nuit.
2. Le pâté est très simple à réaliser, il suffit de passer les graines de tournesol (trempées ou germées) au robot avec la lame en « S » pendant quelques secondes. Il est préférable de garder un peu de texture.
3. On transfère les graines de tournesol hachées dans un bol et on ajoute le reste des ingrédients en mélangeant bien.
4. Il est important de goûter pour ajuster la quantité de tamari et ajouter du sel ou du poivre au besoin.
5. On peut déguster aussitôt, mais les saveurs se mélangeront et se développeront après un court séjour au frigo (30 minutes ou une heure).

Variantes

Vous pouvez remplacer les graines de tournesol par d’autres noix ou graines : amandes, noix de Grenoble, graines de citrouille.
N’hésitez pas à ajouter des assaisonnements et des herbes fraîches. Par exemple, une pointe de poudre de cari et quelques feuilles de coriandre fraîche donneront un pâté exotique. Du gingembre frais et un filet d’huile de sésame lui ajouteront une saveur asiatique.

Sauce crue au citron entier, herbes fraîches et poivron

Et si l’on arrêtait de presser les citrons pour les considérer enfin dans leur globalité, écorce comprise, même crue ? 
Cette petite sauce émulsionnée vient nous montrer que la peau des citrons, bio bien entendu, possède un goût et une texture qu’il fait bon adopter en cuisine.

Tout un citron !

La première fois que j’ai utilisé des citrons crus entiers dans une recette, c’était en suivant les recommandations d’un livre de cuisine indienne ayurvédique. Sous le nom de chutney mixte, ce plat avait de quoi surprendre : citrons, gingembre frais, ail, piment, sel et sucre ! Grâce aux commentaires de l’auteur, Kiran Vyas, j’ai compris que ce condiment cru comprenait tous les goûts : l’amer, l’acide, le sucré, le salé et le piquant : quelle richesse !
Je n’ai cessé depuis d’intégrer le citron en entier aux sauces crues, chutneys et achars, apprenant à aimer l’amertume lorsqu’elle est discrètement tempérée par le sucré.
Cette sauce assume sa nostalgie de l’été puisqu’elle intègre deux légumes qui sont en toute fin de saison (du moins en France) : la tomate et le poivron. Elle cueille au jardin la menthe, que n’altèrent en rien les températures en chute libre, et le persil plat toujours verdoyant. Elle pioche dans le placard les yeux fermés quelques raisins secs et une belle dose d’huile d’olive fruitée.

Avec quoi manger la sauce ?

On aimera arroser de cette sauce les légumes cuits al dente (c’est la saison des champignons en France, profitons-en !) 
courges à la vapeur ,chou-fleur encore croustillant, et pourquoi ne pas en arroser un plat d’épinards ou une salade croquante et de légumes racines ?
On l’aura compris, cette sauce simple et riche saura accompagner tous vos légumes crus ou cuits du moment et apportera au moral cette petite pointe d’énergie qui peut faire défaut en fin d’automne ! Pourquoi donc s’en priver ?
Pour finir, détail qui a son importance, on choisira un citron bio pour ne pas se repaître de… pesticides

La recette : Sauce crue au citron entier, herbes fraîches et poivron

Rendement :
• Pour 6 personnes
Ingrédients : 
• 1 petit citron, bio ou non traité 
• ¼ de petit poivron rouge 
• 1 petite tomate 
• 1 belle poignée de feuilles de persil plat 
• 1 belle poignée de feuilles de menthe 
• 2 cuillères à thé de raisins secs 
• 1 pincée de gros sel marin 
• Poivre noir fraîchement moulu : au goût 
• Huile d’olive : à volonté, selon la texture désirée
Méthode : 
1. Lavez tous les ingrédients à l’eau claire.
2. Découpez le citron en tranches fines, puis en demi-tranches. Ôtez-en les extrémités ainsi que tous les pépins.
3. Coupez la tomate et le poivron en cubes.
4. Placez tous les ingrédients dans le bol du mixeur, avec un fond d’huile d’olive.
5. Mixez la préparation jusqu’à ce qu’elle soit homogène et que la peau du citron soit bien intégrée au reste des ingrédients.
6. Tout en mixant, ajoutez de l’huile pour obtenir une émulsion plus importante, selon votre envie.
7. Goûtez, rectifiez l’assaisonnement si besoin.
Cette sauce pourra être servie immédiatement

Boules d’énergie ou des sucreries sans sucre

Une recette de dessert végétarien (sans les œufs), vegan (sans les produits laitiers), raw (pour les crudivores), sans la farine ni le sucre !

Une trouvaille

Les boules d’énergie sont infiniment riches en éléments nutritifs, en prana (l’énergie vitale subtile) et en goûts qu’on peut apporter avec les différents ingrédients et des épices. Un dessert qui est très fort pour booster l’énergie sans exciter (comme le fait le chocolat) et riche en protéines (des fruits à coques). Les boules d’énergie sont vraiment « gagnant – gagnant » pour votre santé et vos papilles.

Comment servir?

Ces gourmandises sont géniales pour les enfants, elles peuvent tout à fait remplacer les bonbons si vous les enveloppez avec des papiers colorés. Les boules d’énergie peuvent même être servies comme dessert exceptionnellement après un repas de famille festif àla différence des fruits frais qu’Ayurveda déconseille de prendre après avoir mangé, les boules d’énergie peuvent originalement clôturer un repas équilibré, de manière festive et occasionnelle.

Recettes

10 – 40 min (en fonction de la quantité)

N°1
Abricots secs
Dattes
Noix de cajou
Cardamone moulu
Banane
Miel
Graines de sésame

N°2
Raisin sec
Pruneaux
Noix
Cannelle moulue
Banane
Miel
Râpe de coco

N°3
Figues sèches
Raisin sec
Amandes
Graines de fenouil moulues
Banane
Miel
Graines de pavot

Principe

Coupez les fruits secs en petits morceaux. S’ils sont trop secs mettez les préalablement dans l’eau 2h avant. Coupez finement des fruits à coques (aussi possible d’utiliser un hachoir ou robot).

Ajoutez une banane qui va servir de liant, du miel, des épices, et mélangez le tout. La masse pour faire les boules d’énergie est prête.

A chaque fois que vous faites une boule avec vos paumes n’oubliez pas d’y mettre beaucoup d’amour. Dans les magasins bio on peut trouver aujourd’hui des multiples barres mais la magie des boules est qu’elles portent l’énergie de vos mains. On peut même faire un souhait ou une intention lumineuse pour chaque pièce.

Une fois que les boules sont formées, diverses poudres, râpes ou graines peuvent servir de décoration.

Recette chocolat cru

100 g beurre de cacao
100 g poudre de cacao
70 g sucre (rapadura ou sucre de coco)
10 à 20 g de graines de sésame grillées , ou de fèves de cacao broyées grossièrement, ou d'amandes ou de noisettes concassées et/ou...
1 ou 2 pincées de sel

Faire fondre le beurre de cacao au bain-marie, l'idéal est de surveiller la température avec un thermomètre adéquat, pour qu'elle ne dépasse pas les 40°.

Incorporer en fouettant le cacao en poudre en premier, puis le sucre, et enfin le sel et les ingrédients de votre choix.

Verser tout ça dans un grand plat à gratin ou plusieurs petits pour les plus fous, ou un moule à tablettes de chocolat pour les perfectionnistes.

Biscuits aux figues, sans gluten et sans cuisson

Voici des petites barres aux figues séchées, denses et savoureuses. Elles sont crues, végétaliennes, sans gluten et mettent en vedette un de mes ingrédients chouchous du moment : le sarrasin ! 
Le sarrasin, même si on l’appelle parfois « blé noir » n’est pas une céréale mais plutôt la graine d’une plante et contrairement au blé, il ne contient pas de gluten. Qu’on se le dise, notre rustique sarrasin n’a rien à envier à l’exotique quinoa ! Tout comme son cousin andin, le sarrasin est une source de protéines complètes et il est riche en sels minéraux, mais il a en plus l’avantage d’être local et peu coûteux.

Sarrasin germé

Dans cette recette de « biscrus », j’ai utilisé une moitié de farine d’amandes et une moitié de farine de sarrasin germé. On trouve maintenant du sarrasin germé déshydraté prêt à manger dans plusieurs magasins d’aliments naturels, mais c’est assez simple à faire à la maison, surtout si on a un déshydrateur. 
Il suffit de laisser tremper des grains de sarrasin blanc environ 1 heure avant de bien les rincer (le liquide sera mucilagineux, c’est normal) et de les mettre à germer selon votre méthode favorite : pot, germoir à plateau ou même tout simplement une passoire. Il est important de rincer souvent, 2 ou 3 fois par jour. Au bout de 24 à 48 heures, le sarrasin aura un germe d’environ 1 cm et sera prêt à manger tel quel ou à déshydrater. Après 10 à 12 heures au déshydrateur (les grains doivent être parfaitement secs et friables), le sarrasin germé pourra être mis en pot et conservé au sec jusqu’au moment de l’utiliser.
Le sarrasin germé déshydraté est délicieux tel quel avec un lait végétal comme déjeuner, en addition dans les mueslis et les granolas et même saupoudré sur les salades pour leur ajouter un peu de croquant. C’est aussi une base nourrissante et faible en gras pour les amateurs de desserts crus gourmands!

La recette : Biscuits aux figues, sans gluten et sans cuisson

Rendement : 
• Une vingtaine de biscuits, plus ou moins selon la grosseur
Ingrédients de la pâte :
• ¾ de tasse d’amandes moulues en fine farine (j’utilise un moulin à café) 
• ¾ de tasse de sarrasin germé déshydraté moulu en farine* (prévoir quelques cuillerées de plus pour pétrir et rouler la pâte) 
• 2 cuillerées à table de graines de chia moulues 
• ¼ de tasse de nectar d’agave ou de sirop d’érable 
• Une pincée de sel 
• Ingrédients de la garniture aux figues 
• 8 figues séchées 
• 4 dattes

* À défaut de sarrasin germé déshydraté, d’autres choix s’offrent à nous, par exemple la noix de coco ou les flocons de quinoa ou d’avoine sans gluten. Il suffit de les moudre finement.
Méthode et préparation : 
1. Mettre les fruits secs de la garniture à tremper dans un bol d’eau environ une heure afin de les réhydrater. J’ai choisi de mélanger figues et dattes, mais on pourrait n’utiliser qu’une ou l’autre.
2. Pour faire la pâte, bien mélanger les ingrédients secs avant d’ajouter le sirop d’érable ou le nectar d’agave. La pâte sera un peu collante au début, mais rapidement le chia absorbera le surplus de liquide et la pâte deviendra « pétrissable ». Si la pâte reste vraiment trop collante, la saupoudrer d’un peu plus de sarrasin moulu.
3. Pour la garniture, passer les fruits secs trempés et bien égouttés au robot culinaire ou au mélangeur. La purée doit être très épaisse. On peut l’assaisonner si on le désire, un peu de zeste d’orange se marie très bien à la saveur des figues.
4. La pâte devrait se travailler assez facilement, même si elle est fragile. L’abaisser au rouleau à pâte sur un papier parchemin saupoudré de sarrasin moulu et la garnir de purée de fruits secs. Pour un look biscuit commercial, il faut faire une bande de pâte d’environ 10 cm de large et étendre la garniture au centre avant de replier en portefeuille. On obtient une longue barre, à tailler en biscuits.
5. Idéalement, laisser reposer les biscuits une heure ou deux à température de la pièce avant de les déguster pour qu’ils aient le temps de se raffermir un peu, grâce à la magie des graines de chia !

Méli-mélo fraîcheur d’été

L’été est le moment idéal pour déguster les fruits et légumes d’une manière très « brute ». 
En effet, nul besoin de les cuisiner et de les assaisonner à outrance, puisqu’ils sont naturellement rafraîchissants et pleins de goût. On peut ainsi préserver au maximum leurs vitamines tout en ne mettant pas de côté le plaisir de manger. 
Dans cet esprit, je vous propose de découvrir un méli-mélo fruité incroyablement simple et rapide à préparer. Il ne nécessite pas d’ajout de sauce tant l’association des parfums et textures des ingrédients est envoûtante et équilibrée. 
Cette salade composée peut se déguster tout au long de la journée : comme petit-déjeuner sain et plein de peps ou goûter délicieux, en tant qu’entrée ou dessert d’un lunch, ou comme petit repas léger du soir. Ses couleurs vives et ses parfums légèrement sucrés et épicés captivent les sens et séduisent toutes les papilles.

Méli-mélo fraîcheur d’été

Rendement : 
• Pour 1 personne
Temps de préparation : 
• 5 minutes
Ingrédients : 
• 1 tomate moyenne (120g) 
• 1/2 avocat (70 g) 
• 4 fraises (50 g) 
• 1 petite poignée de roquette 
• poivre blanc ou noir au goût
Préparation : 
1. Laver puis découper en quartiers, rondelles et/ou petits dés la tomate, l’avocat et les fraises. 
2. Ajouter la roquette hachée ou entière si les feuilles sont jeunes et tendres, puis mélanger. 
3. Déposer joliment dans une assiette et compléter avec quelques tours de moulin à poivre.
4. Servir immédiatement ou réserver au réfrigérateur pour une dégustation très fraîche.
Quelques astuces : 
On peut choisir toute sorte de tomates, -des tomates cerises aux cœurs de bœuf en passant par les variétés les plus rustiques-, leurs saveurs respectives apporteront des nuances très intéressantes dans cette salade. Le point important est de les choisir bien mûres, tout comme les fraises et l’avocat.
La roquette peut être remplacée par quelques feuilles de basilic ou de menthe. De la laitue hachée peut également être employée pour un parfum moins marqué. 
En s’amusant à découper les végétaux selon des formes différentes, on apporte une jolie diversité visuelle et des textures différentes ce qui est très agréable sous la dent

Toasts crus de chou-rave au tartare d’algues et céleri

Quand on dit toasts, on pense généralement à des aliments relativement gras et salés et on imagine plutôt une base de pain. Et bien oubliez vos habitudes, ces toasts-ci ne comportent pas de céréales et sont en fait tous crus pour profiter au maximum des bienfaits des végétaux de saison ! 
Les choux raves, légumes un peu oubliés et pourtant absolument exquis servent de socle à cette préparation. Préférez-les petits mais bien fermes et denses et, si vous en avez l’occasion, procurez-les vous avec leurs sublimes fanes qui sont également comestibles.
Les algues riches en minéraux et trop souvent délaissées dans les cuisines vont être mises à l’honneur ici. J’ai choisi la laitue de mer à la couleur verte si caractéristique et à la saveur douce et fraîche à laquelle j’ai additionné du wakamé, une algue brune au goût plus prononcé. Elles constituent l’élément principal de notre tartare. Leur bouquet délicieusement iodé est rehaussée par l’ajout de céleri, d’échalote, d’ail et de citron.
Le résultat de cet assemblage donne des toasts santé très frais, rapidement préparés et tout aussi rapidement dégustés…

La recette : Toasts crus de chou-rave au tartare d’algues et céleri

Rendement : 
• Pour 2 personnes (ou 4 en apéritif)
Temps de préparation :
• moins de 15 minutes
Ingrédients : 
• 2 petits choux-raves
Ingrédients pour 140 g de tartare d’algues et céleri : 
• 50 g d’algues fraîches : 30 g de laitue de mer + 20 g de wakame 
• 20 g de céleri (feuilles et fines branches) 
• 10 g d’échalote (ou de l’oignon doux) 
• 5 g d’ail (1 à 2 gousses) 
• 15 g de jus de citron (2 cuillères à soupe) 
• 30 g d’huile d’olive 
• 15 g de sauce soja Tamari (1 cuillère à soupe)
Préparation : 
1. Faire tremper les algues dans un bol d’eau claire pendant 1 petite minute, les rincer puis les essorer en les pressant.
2. Mettre tous les ingrédients dans le bol d’un robot et mixer jusqu’à obtention de la consistance désirée (plus ou moins homogène selon les goûts). [Sans robot, il est possible d'émincer les ingrédients avant de les mélanger.]
3. Réserver au réfrigérateur. Préparer si possible ce tartare à l’avance afin que les saveurs des différents ingrédients se mélangent bien.
4. Eplucher les choux-raves (réserver les épluchures pour les consommer dans une jolie soupe par exemple) puis découper des tranches fines ou épaisses selon ses envies en découpant des formes : rondelles, demi-lunes, triangles, etc. 
5. Déposer délicatement une cuillerée de tartare sur chaque morceau de chou-rave. Déguster immédiatement.
Quelques astuces : 
• On peut également utiliser le tartare comme un dip et y tremper des bâtonnets de chou-rave et d’autres légumes de saison.
• Il est possible d’utiliser des algues séchées pour ce tartare. Pour cela, réhydrater environ 10 g d’algues sèches pendant quelques minutes dans de l’eau avant de les essorer.
• Pour une saveur plus douce, il suffit réduire les quantités d’ail et d’échalote ou même les omettre complètement.
• Finalement, il est facile de varier les algues employées ainsi que les autres ingrédients à l’infini pour adapter ce tartare à ses envies.

Halva verde à la rose

Il existe des dizaines de recettes de halva : semoule de blé dur, légumineuses, graines de tournesol, patate douce, courges, de nombreux ingrédients peuvent entrer dans sa composition en fonction des pays, régions, traditions… Celui que je vous propose aujourd’hui est cru et sans gluten. Un véritable bonheur papillonesque ! 
Une seule bouchée vous fera voyager par-delà les océans. Laissez-vos papilles se réjouir de la douceur du miel mêlée aux charmeuses saveurs de pistaches et de rose.

Ensorcelant vert pistache

Fruit du pistachier, la pistache est logée dans une coque qui s’ouvre lorsque le fruit est mûr, elle est donc considérée comme un « fruit-noix ». Son parfum et ses couleurs princières en font un ingrédient de choix. De toutes les noix, elle est celle qui est la plus riche en fibres et dont le pourcentage de lipide est le plus bas. Elle favorise le bon cholestérol et la régénération des tissus grâce à sa forte teneur en manganèse et en fer.

Symbole de douceur

Sucrant fleuri, le miel n’est qu’un mot sous lequel se cache mille et une teintes, textures et parfums. C’est un aliment naturel peu ou pas transformé, riche en antioxydants et facilement assimilable par l’organisme.
Côté pharmacopée : ses pouvoirs sont incroyables. En application locale, il favorise la cicatrisation des blessures et des plaies. Essayez, c’est bluffant !
Côté peau : testez le gommage maison au miel et graines de pavot. Il vous suffit de mélanger un peu de miel liquide avec des graines de pavot et quelques gouttes d’eau de rose. Après un délicieux moment passé dans la salle de bain, votre peau sera extraordinairement douce et parfumée.

Sésame = calcium

La graine de sésame entière est particulièrement riche en calcium. Elle participe donc activement à la santé de nos os et de nos dents.
Il est temps de vous dévoiler la recette de ce petit trésor gustatif !

La recette : Halva verde à la rose

Rendement :
• Pour une dizaine de portions généreuses (barres, carrés, losanges, selon l’humeur du moment !) 
Ingrédients :
• ½ tasse de pistache 
• ¼ de tasse de graines de sésame entières 
• ¼ de tasse de graines de sésame décortiquées 
• ¼ de tasse de miel crémeux environ 
• 5 ml de poudre de pétales de rose (épices d’Origina) 
• Zestes de pamplemousse 
• Fleur de sel 
• + 30 à 50 ml de pistaches grossièrement hachées au couteau
Méthode :
1. Commencez par réduire en poudre, séparément, les pistaches, les graines de sésame entières et les graines de sésame décortiquées.
2. Dans un cul de poule suffisamment grand, mélangez les poudres obtenues avec la poudre de pétale de rose séchée, la fleur de sel et le zeste de pamplemousse.
3. Ajoutez le miel et mélangez avec les mains jusqu’à ce que le mélange soit homogène et que vous puissiez former une boule de pâte qui ne vous collera plus aux doigts !
4. Réservez au frigo trente minutes à une heure. 
5. Installez-vous sur une surface plane et posez votre boule de pâte sur une feuille Teflex ou un grand morceau de papier parchemin. Recouvrez-la d’une autre feuille et étalez la pâte à l’aide d’un rouleau à pâtisserie pour former un rectangle de pâte d’une épaisseur égale d’environ 1 cm.
6. Une fois cette action accomplie, coupez le rectangle en deux et répartissez les pistaches grossièrement hachées sur une des deux moitiés.
7. Déposez la partie sans pistache sur la partie avec pistaches et recouvrez d’une feuille Teflex (ou papier parchemin) et passez de nouveau votre rouleau à pâtisserie, délicatement, pour marier les deux morceaux tout en conservant votre rectangle.
8. Réservez votre halva au frais 1 heure minimum avant de le couper puis conservez-le au frigo dans une boîte hermétique

Tapio’chia printanier au cumin

Cette petite graine noire est magique
Le Chia est définitivement un ingrédient de super héros, testez, vous verrez !

Le chia, une graine époustouflante

Originaire de la vallée centrale du Mexique. Aliment de base chez les Aztèques depuis fort longtemps, l’histoire raconte que cette petite graine noire les rendait plus fort physiquement et intellectuellement. Une graine de pouvoir ! Le chia revitalise et stimule l’organisme, participant activement au bien-être global. 
Deux cuillères à table de graines de chia suffisent à combler nos besoins en Oméga 3 et ses fibres favorisent la régulation du transit intestinal tout en nourrissant les bonnes bactéries de la flore intestinale. Et ce n’est pas tout : protéine complète, la graine de chia est une bonne alliée pour le diabétique puisqu’elle diminue l’absorption du sucre dans le sang en plus d’être riche en calcium, fer et vitamine C.

Devenez un super héros des temps modernes

Le chia est simple à utiliser au quotidien. Pas besoin de cuisson. Ajouté au smoothie, sauces et granolas, saupoudré sur des salades dans une version mélange d’épices comme le Kale Massala du mois dernier, il y a mille et une façon de manger deux cuillères à table de graines de chia par jour. L’une d’elle, et sans doute la plus répandue, étant le pudding ou tapioca matinal auquel on ajoute fruits frais et séchés, graines et noix, poudre de maca, lucuma ou caroube, épices et autres bonheurs. 
La graine de chia absorbe jusqu’à 10 fois son poids en eau ainsi il suffit de la laisser gonfler moins d’une heure dans un liquide à température ambiante pour obtenir un tapioca tout cru !
Voici la recette de mon Tapio’chia printanier au cumin :
Idéalement et aussi parce que le lait de graines de citrouille ne s’achète pas encore, on fabrique son propre lait végétal, c’est bien meilleur et vraiment cool à faire soi-même.

La recette : Tapio’chia printanier au cumin

Rendement :
• 2 portions
Ingrédients :
• 1 tasse de lait de graines de citrouille régulières ou d’Europe 
• 3 cuillères à table de graines de chia noir (45 ml) 
• 1 à 2 cuillère à café de cumin 
• 1 cuillère à café de miso de sarrasin 
• Eau filtrée 
• Pousses aux choix 
• Graines de cumin 
• Quelques lanières de chou bokchoy 
• Deux petits champignons 
• Fleur de sel
Méthode et préparation :
1. La veille : Mettre à tremper ½ tasse de graines de citrouille régulière ou d’Europe (mes favorites !) 
2. Le matin : Rincer les graines puis les mettre dans le mélangeur avec 1 tasse et demie d’eau filtrée. Vous pouvez mettre un peu plus d’eau si vous le souhaitez. Filtrez à l’aide d’un filtre à lait ou d’une passoire à grille fine puis réserver au frais. 
3. 50 minutes avant le dîner ou souper : Dans un saladier diluer le miso avec un peu d’eau filtrée puis ajouter 1 tasse de lait, le chia et le cumin. Mélanger de temps en temps jusqu’à ce que le mélange épaississe. 
Il ne reste qu’à monter joliment l’assiette et servir. C’est aussi simple que ça et simplement délicieux !

Kale massala

Voici les mélanges d’épices qui réchauffent l’organisme et parfument l’assiette. c’est une poudre maison super protéinée. Simple à réaliser, elle pourra accompagner nos plats crus ou cuits au quotidien.

Un mélange riche en saveurs tout en multipliant ses qualités nutritives. D’où l’utilisation des graines de chia et du kale ! Deux ingrédients incroyables, riches en protéines, vitamines.

La recette : Kale massala

Ingrédients :
• 1 tasse de kale frisé
• 30 ml d’oignon rouge fraîchement haché
• Le zeste d’un citron
• 2 à 3 cuillères à soupe de jus de citron
• ¼ de tasse de graine de chia
• Graines de cumin
• Graines de coriandre
• Graines de moutarde
• Grains de poivre noir
• Piment de Cayenne
Méthode :
1. Commencez par nettoyer les feuilles de kale et retirer les tiges puis coupez-les en fines lanières.
2. Prélevez le zeste d’un citron avant de le presser puis mélanger 2 à 3 cuillères à soupe de jus de citron avec les épices fraîchement moulues et le zeste de citron.
3. Versez ce mélange sur le kale, ajoutez l’oignon rouge et massez pour attendrir le chou. 4. Répartissez le mélange ainsi obtenu sur un plateau du déshydrateur (sans feuille Teflex) et laissez sécher à 41°C pendant 12 à 24 heures. Le mélange doit être totalement sec.
5. À la sortie du déshydrateur, il ne vous reste qu’à mettre la préparation séchée dans votre robot culinaire avec les graines de chia et mixer pour obtenir une poudre verte.
6. Conservez votre poudre verte dans un pot à l’abri de l’humidité et de la chaleur et parsemez !
N’hésitez pas à faire vos propres mélanges en choisissant vos épices et vos feuilles vertes favorites !

Compotes vertes et crues

Les smoothies verts font déjà partie du quotidien pour beaucoup. Ils permettent de verdir notre alimentation facilement et augmentent notre vitalité. Une façon alternative d’intégrer le vert jour après jour : les compotes crues ! Si les fruits et les feuilles s’entendent à merveille dans nos verres, pourquoi donc ne s’aimeraient-ils pas autant dans un bol ? 
En été, la pleine saison des récoltes, les feuilles vertes sont à l’honneur dans les marchés biologiques et locaux et les variétés sont soudainement si nombreuses que nous en aurions presque le tournis ! Mais ne les oublions pas durant l’hiver. Bien au contraire !

Expérimentons la palette des verts

Les qualités nutritionnelles des feuilles vertes sont simplement incroyables. Elles sont riches en chlorophylle, minéraux, vitamines, protéines complètes, fibres… 
Elles favorisent un bien être global, alors sans hésitation, elles sont à glisser partout : feuilles d’épinard, de wasabina (moutarde), d’amarante, de bette à carde, de navet, mizuna, pourpier, mâche, pissenlit, chou gras… Les fines herbes ça compte aussi, tiges et feuilles : coriandre, persil plat et frisé, menthe, basilic… 
Allons-y progressivement. Commençons par ajouter des feuilles douces comme les feuilles d’épinard. 20% de vert, par exemple, pour 80% de fruits. Progressivement, augmentons la quantité de vert pour arriver à un 50/50 ou plus ! Pour les fines herbes, restons dans de petites quantités pour que le goût demeure délicat et/ou mixez-les avec d’autres feuilles.

Du vert et puis quoi d’autre dans la compote ?

Des fruits frais. Pommes, poires, bananes, oranges, kakis… Les pommes sont idéales. Mélangeons les variétés, nos compotes n’en seront que plus savoureuses. Du jus de citron fraîchement pressé ou d’un agrume de votre choix.
Des fruits séchés. Pensons aux mûres blanches, aux baies de goji, aux abricots, aux dattes, aux figues… 
Un beurre de noix ou de graines. Nous pouvons en ajouter une ou deux cuillères. Tahini, beurre d’amande, de noix de cajou… Préférons-les crus (non toastés).
Des graines crues. Une ou deux cuillères à soupe de graines de sésame, tournesol, citrouille…
Epices et poudres magiques. Pour augmenter le pouvoir nutritionnel de nos préparations et les parfumer comme nous aimons. Cannelle, anis étoilé, piment de Cayenne, poivre noir, caroube, maca, lucuma, curcuma, gingembre (en poudre ou racine fraîche)…
Un sucrant si souhaité mais c’est rarement nécessaire même si une petite goutte de sirop d’érable dans une compote pomme/épinard et tournesol, c’est délicieux !
Selon l’humeur du jour, on peut créer différents mélanges :
Léger : feuilles vertes + fruits frais + épices et/ou poudres magiques + 1 ou 2 cuillères à soupe de mûres blanches pour « sucrer » en délicatesse et « lier » le mélange.
Crémeux : feuilles vertes + fruits frais + épices et/ou poudres magiques + beurre de noix ou graines.
Généreux : feuilles vertes + fruits frais + épices et/ou poudres magiques + graines ou beurre de noix + fruits séchés.

Recette de compote crémeuse très très verte !

Ingrédients : 
• 2 tasses (non tassées) de feuilles d’épinard 
• Quelques brins de coriandre (tiges et feuilles) 
• 2 oranges pelées à vif* 
• 1 clémentine 
• 2 à 3 cuillères à soupe de graines de sésame* 
• 1 datte medjool* 
• Une pincée de fleur de sel 
• Une pincée de graines de fenouil (optionnel)
Méthode : 
Mixer l’ensemble pour obtenir un mélange bien lisse et puis c’est tout.
*Si vous n’utilisez pas un Vitamix, utilisez du tahini, découpez les oranges en suprêmes et faire tremper une demie heure la datte medjool.

Recette de compote bonbon

Ingrédients : 
• 2 à 3 pommes 
• ½ tasse à 1 tasse de feuilles de menthe 
• Jus d’un demi à 1 citron 
• 2 cuillères à soupe de mûres blanches 
• Une pincée de fleur de sel
Méthode :
Mettre tous les ingrédients dans le Vitamix et puis c’est tout !

La recette du Rasam du Tamil Nadu, la soupe qui réchauffe, à l’effet ventre plat

Prononcée « rasson » par les tamouls, la « soupe » qui s’avère davantage être un bouillon dans lequel se noie le riz cuit, est connue pour ses vertus digestives mais également pour favoriser l’amincissement.

Le climat du Tamil Nadu, région du Sud-Est de l’Inde ne prête pas à la consommation de bouillons épicés et pourtant, cette préparation est au menu de nombreuses familles.
La culture de la médecine traditionnelle, appliquée et prescrite dans les campagnes, reste très populaire. Ainsi, on va consulter le nattu vaithiar (médecin ayurvédique) qui prescrit des remèdes naturels que l’on appelle ayurveda, parmi lesquels la recommandation de consommer du Rasam en cure ou ponctuellement. Elle est prescrite en cas de surcharge pondérale, pour nettoyer l’organisme et le système digestif, mais aussi en cas de refroidissement du corps ou de fatigue chronique.
Le Rasam est également utilisé pour les ballonnements, la constipation, les flatulentes ou dans les cas de perte d’appétit. On lui prête la capacité de maintenir le ventre plat et sain lorsque consommé régulièrement.

Les ingrédients :

1 cuillère à café de graines de moutarde
1 cuillère à café de poivre noir moulu
2 cuillères à café de curcuma en poudre
2 cuillères à café de cumin moulu
1 pincée de piment ou un petit bout de piment vert
5-6 feuilles de curry (séchées ou fraiches)
3 gousses d’ail
1 grosse tomate ou 2 petites
1 poignée de urad dal ou à défaut de lentilles vertes
Le jus d’un citron
1 poignée de feuilles de coriandre fraiche
1 pincée de gros sel
3 cuillères à soupe de ghee (beurre clarifié)

Préparation

Dans une casserole, faire chauffer à feu doux le ghee, y ajouter les graines de moutarde. Une fois que celles-ci commencent à crépir, ajouter le piment, puis le cumin, le curcuma et le poivre. Mélanger afin de libérer le parfum des épices. Ajouter ensuite les feuilles de curry et les gousses d’ail épluchées et coupées en petits morceaux. Puis recouvrir d’un demi litre d’eau. Ajouter ensuite le sel, le urad dal et les tomates coupées en petits morceaux. Et porter à petit bouillon. Après une quinzaine de minutes, retirez la casserole du feu et laissez refroidir (cela permet aussi au dal de continuer à gonfler).
Une fois que la préparation atteint une température qui vous permet de la déguster, ajouter le jus d’un citron et la coriandre. Ces deux ingrédients ne doivent pas cuire afin d’apporter au plat leurs vertus. Il est donc primordial de les ajouter après refroidissement de la soupe.

Comment déguster le rasam ?

Le soir de préférence, disposez dans une assiette creuse ou un bol, du riz préalablement cuit. Verser dessus le rasam jusqu’à ce que le riz en soit imbibé. Le rasam peut également être dégusté seul comme un bouillon, accompagné de chapatis (petites galettes indiennes) ou encore des idlis (petits pains de riz cuit à la vapeur).
Cette préparation n’est pas recommandée pour les personnes qui souffrent de brulures d’estomac ou d’hypersensibilité aux épices.

Chapati

Bonne recette de chapati - galette indienne -

Les chapatis sont les pains plats traditionnels indiens sans levure et cuits à sec à la poêle. Il donne force et résistance à qui en mange régulièrement.

Un régal pour petits et grands.

Remplacer la farine de blé completde type 110 à 150 par une farine sans gluten.

Mélanger 2 tasses de farine avec une tasse d’eau et 1 petite cuillère de sel marin avec un petit peu d’huile de sésame ou de ghee.

 Pétrir une dizaine de minute jusqu’à ce que la pâte soit bien homogène.

Faire des petits puits du bout des doigts dans la pâte et l’humidifier avec un peu d’eau. Couvrir et laisser reposer minimum 1heure (à une nuit) au frigo. Retravailler la pâte. La partager en boulettes de + ou - 5cm de diamètre (plus petit, c’est plus facile au début). Former une belle boule lisse et régulière en rabattant la pâte peu à peu vers l’intérieur. La boule doit apparaître régulière et sans pli, un peu comme une petite figue. Tourner la boule dans une tasse de farine et la rouler jusqu’à obtenir une galette ronde de +- 3 mm d’épaisseur.

Mettre la galette dans une poêle en fonte ou à fond épais préchauffée à feu moyen. Retourner le pain après +- 2 min. la surface doit être blanchie et toujours souple, sans tache brune. Si ce n’est pas le cas, réglez le feu. Cuire la deuxième face de la galette jusqu’à ce qu’une légère coloration dorée apparaisse. (donc, un peu plus que la première fois). Retourner à nouveau le pain-chapati et laisser la vapeur se former à l’intérieur jusqu’à ce qu’il gonfle entièrement. Si il a du mal a gonfler partout, appuyez légèrement sur les bords ou sur les bulles avec un tissus. Parachevez la cuisson en faisant bien griller les faces du chapati de préférence directement sur la flamme.

 Il est important de veiller à ce que les faces soient grillée et l’intérieur cuit à la vapeur. Gardez les chapati cuits en les enveloppant dans un tissus.

Servir avec un repas ou à manger comme cela avec un peu de GHEE et même un peu  d’épices .

LE GHEE ou GHÎ

BEURRE CLARIFIÉ (Garak en Hindi.)

Le ghee est du beurre purifié, considéré en Ayurvéda comme le meilleur lubrifiant à ingérer pour le corps humain. Le ghee aide le corps à créer de l’Ojas (substance qui maintient la vie) et il augmente l’Agni (feu digestif).

C'est l'huile du beurre, duquel s’est retiré le lactose, l’eau et d’autres particules solides.

USAGE CULINAIRE

L'Ayurvéda considère que le ghee est l'huile de cuisson par excellence, dotée de tout un assortiment de bienfaits pour le corps et l'esprit. Il flatte les papilles gustatives par sont goût de noisette. On l’utilise principalement pour faire revenir les épices et les légumes. Il supporte très bien la cuisson à haute température et convient bien aux fritures car il ne brûle pas comme le beurre.

USAGES THÉRAPEUTIQUES ET BIENFAITS

Le ghee est considéré en Ayurvéda comme un rasayana, ce qui signifie qu’il a la capacité d’améliorer l’état de santé générale, la longévité et le bien-être

  • Il est réputé pour le rajeunissement et pour ses qualités nutritives.
  • Il augmente et protège les os, la moelle et les tissus nerveux.
  • Il augmente la fertilité, le système immunitaire, l’intelligence, la vision, le fonctionnement du foie, de la voix, du système enzymatique, des intestins, des reins et du cerveau.
  • Il empêche les congestions dans le plasma et le sang.
  • Il augmente les valeurs nutritives de tous les aliments.
  • Il aide à nettoyer tous les canaux du corps.
  • Il fait partie intégrale de la science des formules phytothérapeutiques ayurvédiques. Il permet aux nutriments et propriétés des plantes de mieux pénétrer les membranes cellulaires étant elles-mêmes fondées sur les lipides.
  • On l’emploie en cas de brûlures légères, car comme l’Aloès Vera, il prévient les boursouflures et aide à la cicatrisation s’il est appliqué rapidement.
  • Les textes Ayurvédiques disent que le ghee aide à équilibrer les éventuelles acidités de l’estomac et aide à maintenir et à réparer la santé des ses parois.
  • Il équilibre à la fois Vata (le conducteur qui gère tout ce qui est mouvement dans le corps et l'esprit) et Pitta (le conducteur qui gère la chaleur et le métabolisme).
  • On dit que le ghee favorise la santé des trois aspects fondamentaux du fonctionnement mental : l'étude, la mémorisation, et le rappel.
  • Le ghee augmente naturellement la qualité et la quantité du facteur ayurvédiqueojas(le maitre-coordinateur de l'esprit et du corps).Ojas est nécessaire à l’éveil de l’être et à l’illumination.

TEST DU GHEE:CHOISIR LA BONNE QUANTITE PAR REPAS:

1 C à C de ghee dans eau chaude,le matin  à jeun,et observer lappétit:

Si faim au bout de 45 mn = Ok pour 1 c à c par repas

Si faim 1h ou 2h après = manda agni (feu digestif bas)= ½ c à c par repas

Ghee : élixir de la vie

Recette de Ghee ou beurre clarifié

-2 paquets de 250 gr de beurre doux biologique non salé.

-Mettre le beurre dans une casserole de taille moyenne, assez lourde, à feu moyen jusqu'à ce que le beurre fonde.

-Baisser le feu jusqu'à ce que le beurre frémisse et continuer à le cuire au même feu.

 Ne pas couvrir  la casserole. Le beurre continuera a frémir et à produire de la mousse, et puis se calmera.

-Remuer occasionnellement.

-Dans 10-15 minutes, ça commença à sentir comme le Popcorn et alors ça deviendra joliment doré. Des solides blanchâtres deviendront d'une couleur plus foncée, marron doré, alors le Ghee est prêt. Le sortir du feu immédiatement, car le Ghee a tendance à brûler dans cette étape, et ça brûle vraiment vite !

-Laisser le Ghee dans la même casserole jusqu'à ce qu'il soit tiède. Éliminer tout reste de mousse dans la surface, que l’on peut garder car ça a beaucoup de qualités médicinales. (C'est très bon sur le riz nature, par exemple).

-Passer le Ghee dans un récipient en verre ayant un couvercle, avec l’aide d’une passoire très fine ( style chinois) ou un tissus.

-Jeter les restes solides qui peuvent rester au fond de la casserole.

 Si le beurre clarifié  a été cuit suffisamment longtemps ,il peut se conserver indéfiniment sans réfrigération , s’il commence à moisir après 10 jours ou 2 semaines ,cela signifie que  vous ne l’avez pas cuit assez longtemps, ou qu’il a été souillé par un ustensile humide ou de la nourriture.(Il est très important de prélever le ghee avec un ustensile propre et sec.)

Le ghee ne doit pas être conservé au réfrigérateur.Son aspect huileux ou solide dépend de la T° ambiante, et n’altère en rien ses qualités.Lorsque vous prendrez l’habitude de le préparer, vous pourrez en faire beaucoup plus de quantité.

KITCHAREE

Cette préparation constituant le plat principal de nombreux Indiens, c’est aussi une alimentation qui purifie et équilibre presque tous le monde. Elle est idéale pour les personnes souffrant d’une faiblesse digestive ou d’assimilation car elle est facile à digérer et permet aussi d’éliminer les toxines du système.

2 tasses de riz, de préférence du basmati.

1 tasse de haricots concassés de petit soja dit « Mungo », (appelé « mung dal » dans les épiceries indiennes).

8 tasses d’eau (selon la consistance que vous désirez).

2 cuillères à soupe de ghee (beurre clarifié).

1 cuillère à café de cumin moulu.

1 cuillère à café rase de graines de coriandre moulues.

¼ à ½ cuillères à café de gingembre en poudre.

3 à 5 cosses de cardamome.

1 pincée de sel ou de varech en poudre.

1 pincée de férule persique en poudre.

vous pouvez substituer des germes de haricots de petit soja mungo à la variété concassée. Retirer en rinçant sous l’eau l’enveloppe des graines vertes qui se fend lorsque les haricots germent. La proportion standard est de 2 portions de riz à 1 pour 3, ou même moins. Ceux qui jouissent d’une meilleure digestion peuvent augmenter la proportion à 1 pour 1 si ils le désirent.

Laver les haricots et le riz et faites les tremper séparément dans une grande quantité d’eau au moins durant  4 heures (avec une pincée de bicarbonate de soude). Jeter alors l’eau de trempage, mélanger le riz et les haricots et rincer les dans de l’eau fraîche.

Faites chauffer doucement deux cuillères à soupe de ghee. Pendant qu’il chauffe, ajouter le cumin, la coriandre, le curcuma et la férule persique. Faites revenir ces épices doucement dans le ghee jusqu’à ce qu’elles roussissent légèrement sans noircir. Ajouter les haricots Mungo et le riz, en remuant vigoureusement pendant environ 1 minute afin que les épices soient en partie absorbées. Ajouter ensuite l’eau, le gingembre, la cardamome et le sel, porter à ébullition, couvrir et laisser cuire jusqu’à ce que tous les grains soient complètement ramollis. Servez avec du yaourt pour les types V et rajouter du ghee pour les types P. Les types K utiliseront d’avantage d’épices et moins d’eau. Cette quantité peut nourrir 5 à 6 personnes.

Au fur et à mesure que votre digestion s’améliore, vous pouvez augmenter la quantité d’épices et ajouter d’ autres racines comestibles à ce mélange.

Panir

Le panir est un fromage frais réalisé facilement à la maison. Il est caillé sans produit animal (pas de présure). Ce fromage, très digeste permet d’équilibrer votre alimentation entre autre, par rapport aux protéines et à la vitamine B12.

Faire cailler du lait (cru de préférence,) presque bouillant à l’aide de jus de citron (1 citron pour +/- 2 lit. de lait).

Transvaser à travers un linge à mailles serrées et suspendre le « fromage » pour qu’il s’égoutte (minimum 2 heures)

Le citron peut être remplacé par du lait battu (babeurre), environ 1 litre de lait battu pour 2 litres de lait.

Le panir peut être ajouté à des légumes à l’étuvée ou curry de légumes en fin de cuisson ou tel quel avec des chapati.

Utiliser le petit lait pour les soupes ou pour se laver (les cheveux).

Muffins à la semoule de Maïs

Temps de cuisson: 20 mn

Recette pour 12 muffins

Sans lactose, végétalien, convient pour vata, pitta et surtout Kapha

 

-125 g de farine bio (kamut,blé ou épautre)

-100g de semoule complète de maïs

-2 c à S de poudre de levure ou bicarbonate de soude

-¼ de c.c de sel de roche

-1 pincée de poivre noir moulu

-1 c à S de sucre complet

-150 ml de lait végétal

-1 à 2 c à s de ghee

 

Faire chauffer le four à 350° (180° C ou 4 pour le gaz)

Mettre des caissettes en papier dans un moule,

Mélanger les ingrédients secs ensemble

Mélanger le ghee liquide et le lait ensemble et ajouter aux ingrédients secs. Bien mélanger. Verser la pâte dans les caissettes.

Mettre au four à 350 ° pendant 20 à 25 mn.

Quand une bonne odeur sortira du four et si la lame d’un couteau sort facilement,ils sont prêts.

Halva aux graines de sésame

Convient bien pour vata moins bien pour kapha, sans gluten.Les graines de sésame sont un bon aliment à manger pendant l’automne et l’hiver,car elles réchauffent le corps.Cette recette est rapide et amusante à faire avec des enfants.

 

-250 g de graines de sésame

-3 à 4 c à s de miel

-1à2 c à s de ghee

-gousses de cardamome réduites en poudre

-poivre noir fraîchement moulu

 

Griller à feu doux les graines de sésame dans une poêle sèche. Laisser refroidir Puis reserver.

Les passer au mixeur pour obtenir une poudre grossière.

Réduire les gousses de cardamome en poudre

Mettre le sésame,le miel,le ghee et un soupçon de poivre dans une jatte,

Ajouter la poudre de cardamome

Former des petites boule comme des truffes

Servir avec une boisson chaude

HALVA A LA SEMOULE

Sans lactose,convient pour vata et pitta moins bien pour kapha

 

-200g de ghee

-400g de semoule de maïs

-75g de noix de cajou

-15 amandes

-1 poignée de raisins secs

-2 pincées de cardamome écrasées

-300g de sucre complet

 

Peler les amandes préalablement trempées, concasser les noix de cajou.Faire fondre le ghee dans une casserole avant d’y ajouter  la semoule de maïs.Cuire celle-ci jusqu’à ce que vous sentiez une odeur de toast grillé.Ajouter les noix de cajou,une poignée de raisins et les amandes pelées.Ajouter de l’eau chaude mélangée avec le sucre de façon à recouvrir le mélange.Ajouter la cardamome pilée.Bien mélanger puis servir

Flan au chocolat parfumé

 Ingrédients (pour 4 personnes):

 500 ml de lait végétal

 100 g de chocolat noir

 3 ou 4 c.s. sucre complet

 1 sachet d’agar-agar en poudre (voire un tout petit peu moins, pour une texture moins ferme)

Un peu de gingembre selon votre gout

1/2 écorce d’orange bio: zeste râpé

Faire fondre doucement le chocolat avec le lait végétal et le sucre (sans bouillir). Lorsque l’ensemble est liquide, ajouter la poudre d’agar-agar, le gingembre et le zeste. Puis porter doucement à ébullition.

Verser dans de petits moules et laisser prendre au frigo (au minimum 2 heures).

Démouler et servir bien frais!

LE POWER DRINK

Une boisson santé pour le petit déjeuner

 Cette recette du Power Drink, remplace périodiquement le petit déjeuner , pendant au moins une semaine. L’on peut apprécier avant tout son bon goût, mais encore sa digestibilité et ses bienfaits nutritionnels

L’amande a une excellente qualité nutritive, due à sa teneur en calcium, phosphore, magnésium, vitamine E et enfin en lécithine.
Les fruits secs fournissent de l’énergie pour la matinée.
Le trempage des fruits conserve leurs qualités nutritionnelles tout en les rendant plus digestes.

Peut-être ceci vous incitera à essayer le power drink !

Ingrédients (pour 1 portion)

- 5 amandes
- 1 à 2 figues séchées / ou 1 figue et 1-2 dattes
- Quelques noix (p. ex. noix de cajou ou pistaches)
- quelques filaments de safran (4 à 7)
- quelques gouttes d’eau de rose (en option)

Préparation

La veille, tremper les amandes dans un bol et le reste des ingrédients séparément, dans un autre bol.
Le matin, peler les amandes (Elles se pèlent facilement après le trempage).
Enlever les queues des figues et des dattes.
Mixer tous les ingrédients dans un mixer, ajouter le safran, l’eau de trempage, voire un peu plus d’eau, si nécessaire, pour ajuster la consistance (le mélange doit rester un peu épais).
Et enfin, ajouter quelques gouttes d’eau de rose

 On peut aussi consommer la boisson sans la mixer. Alterner un peu de jus de trempage au safran (délicieux…) et les fruits secs… Bien mâcher…

Soupe douce amère

100g de haricots mungos germés ou pois chiches
5 asperges blanches ou un bouquet d'asperges vertes
Fenugrec (Methi) en feuille, ou feuille de blettes
1/2 endive
2 cc d'huile de tournesol
10 cl de kéfir
1 cc de graines de cumin, coriandre, fenugrec, laurier
1/2 poivre long ou 5 grains de poivre blanc
1 pointe d’asafoetida
Sel gemme

Faire tremper les haricots de soja 48h à l'avance. Les faire cuire à l'eau pendant 10 minutes, et faire cuire les asperges, blettes, endives, en profitant de leur vapeur. Dans une cocotte, faire chauffer l'huile en y ajoutant les épices: cumin, coriandre, fenugrec, laurier. Quand les graines éclatent, ajouter le poivre, le laurier, l'asafoetida. Puis ajoutez les asperges, ainsi que les autres légumes .Faites les dorer quelques instants, puis ajouter le soja avec son eau. Laisser cuire 5 minutes. Dans un mixer, verser la préparation, et ajouter le kéfir allongé de 20cl d’eau et d'une pincée de curcuma. Mixer jusqu’à obtenir un mélange homogène. Salez à votre convenance.
Vous pouvez y ajouter du persil, de la coriandre, une pointe de safran, et quelques graines de tournesol pour servez.

Bon pour les trois doshas.

Sauce à salade « amande-basilic »

(pour 2 personnes)

4 c. à café bien pleines d’amandes en poudre

1 c. à soupe d’une bonne huile pressée à froid adaptée à votre constitution

1 1/2 c. à café de jus de citron

1 c. à café de sauce soja (tamari*) *pas pour les type pitta (trop fermentée)

3-4 c. à soupe de lait de soja ou de lait d’amande non sucré

Basilic frais haché à volonté.

Gomasio selon votre gout

Si la poudre d’amande est grossière, la moudre finement avec un moulin à café électrique.
Ajouter tous les autres ingrédients, sauf le basilic, en mélangeant bien.
Puis, en dernier, ajouter les feuilles de basilic hachées.
Si nécessaire, rectifier l’assaisonnement.

Servir la sauce séparément de la salade.

Le site www.satmya.fr ne remplace en aucune façon une consultation médicale. L'utilisation des informations fournies s'effectue sous la pleine et entière responsabilité de l'utilisateur. En aucun cas, la SARL et sa représentante légale Isabelle Gerhardt ne pourront être rendues responsables de cette utilisation, ainsi que d'erreurs, d'inexactitudes ou d'omissions pouvant exister sur ce site.

Satmya © 2018. Site conçu par Forsaken Pad | Mentions légales