Astuces santé

LES MAUX D’HIVER

PREVENTION

Voici 6 façons de booster votre immunité cet hiver :

  1. pâte de curcuma (voir ma recette de lait d’or)
  2. ashwagandha
  3. Auto massage quotidien
  4. jala neti + nasya
  5. Huile dans les oreilles
  6. Gandush

PROBLEMES PULMONAIRES

SITOPALADI

Le Sitopaladi est un mélange ou une préparation thérapeutique ayurvedique, utile pour tous les problèmes pulmonaires, les rhumes, l'asthme, la toux, ainsi que l'excès de Kapha Dosha, c'est-à-dire, lorsqu'un excès de mucus congestionne et ankylose l'organisme.

En plus d'être un excellent tonifiant (rasayana), elle aide à digérer les doshas en excès et à régénérer l'ensemble des tissus (dhatus). Simple à réaliser, le Sitopaladi est utile aussi bien chez l'adulte que chez les enfants (à des dosages plus faibles). Voilà une préparation traditionnelle, facile, efficace et à portée de tous, que chacun se doit d'avoir à porté de main.

BIENFAITS ET ACTIONS DU SITOPALADI

Analgésique , antitussif, luttecontre l’asthme, redirige les Doshas vers leur site principal, retient les vomissements, retient le hoquet, soigne les troubles au niveau de la tête , stimulant sexuel, Augmente agni, le feu digestif, et digère āma, les toxines , Excellent pour Prana, Utile en cas de fièvre modérée, Excellent pour soulager rapidement la toux, et en particulier la toux sèche, Excellent pour combattre l’asthme, l’encombrement et congestion des bronches, Diurétique, il aide à réduire les sensations de brûlure au niveau du système urinaire

RECETTE DU SITOPALADI

  • 7g de Cardamome
  • 13g de Pippali (poivre indien)
  • 5g de Cannelle
  • 50g de sucre candi

POSOLOGIE

  • Jusqu’à 6 grammes par jour
  • A prendre avant ou au moment des repas, en particulier en heure Kapha, soit entre 6 et 10H, et/ou 18 et 22H.

MAUX DE GORGE

Gargarisme :

  • 1 tasse d’eau chaude (pas brûlante)
  • ½ C à c de curcuma
  • ½ c à c sel fin
  • Matin et soir pdt 4 à 5 jours

Tisane pour le mal de gorge :

  • 1 c à c de gingembre frais
  • 1 bâton de réglisse
  • 1 bâton de cannelle
  • 50 cl d’eau

EN CAS DE RHUME

  • Tisane de gingembre frais râpé tout au long de la journée

ATTENTION ! le gingembre ne doit pas être consommé si vous prenez de l’aspirine (et inversement)

  • Inhalation de feuilles d’eucalyptus dans une eau à 80°

GRIPPE :

Tisane (2 fois par jour):

  • 1c à c de hym
  • 1c à c de tulsi
  • 1 /é c à c de gingembre
  • 5O cl d’eau

TOUX

  • 1g d’ail haché
  • 1T de lait
  • ¼ de curcuma
  • Faire chauffer à feu doux et ajouter
  • 1 C à c de miel (à la fin quand le mélange est à bonne Température)

SI TOUX SECHE PERSISTANTE : Mâchonner des bâton de réglisse (pas les bonbons !!!)

EN CAS DE FIEVRE :

  • Jeûner pendant 36 à 48 h en veillant à bien s’hydrater
  • Tisane pour la fièvre :
  • 1 c à c de tulsi
  • 1 c à c de fenouil graines
  • 50 cl d’eau

EN CAS DE CONGESTION DES SINUS :

  • Inhalation aux feuilles d’eucalyptus
  • 1 c à c de gingembre frais + 1 c à c de miel
  • Mettre du ghee dans les narines

Déodorants classiques : attention danger !

Tous les déodorants du commerce traditionnel sont des horreurs de cocktails chimiques, des cancers du sein à retardement.

Hier c'était les paraben, aujourd'hui ce sont les sels d'aluminium. Et demain ?

Il est préférable de ne pas attendre qu'on découvre un nouveau composant toxique. Et quelle perte de temps de devoir se tenir au courant de toutes ces choses ou de devoir vérifier les composants de chaque flacon.

Partez d'un principe simple : « Je ne mets pas sur mon corps des produits que je ne veux avaler »

Prenons une bouteille de déodorant quelconque, retournez-la : Butane/isobutane/propane, Triethyl citrate, Ethylhexyglycerin, Benzylheptanol … stoooooop ! Test raté.

Le meilleur déodorant naturel

Le meilleur déodorant naturel est le bicarbonate de soude.

Ce produit bon à tout faire est, entre autres, utilisé par les peintres professionnels pour éliminer les émanations de peintures. Il vient à bout des odeurs des chaussures et même de l'odeur de pipi de chat dans la litière !

C’est dire qu’il suffira largement à éliminer toute odeur sous les aisselles. Une simple goutte d’huile essentielle suffira pour vous embaumer le corps, vous préserverez vos vêtements qui auront moins besoin de passer au lave-linge et n’auront plus de traces jaunes, vous n’aurez plus aucune angoisse en levant les bras en soirée.

Mais attention : le bicarbonate à gros grain de supermarché décape les aisselles. Il vous faut un bicarbonate de soude fin, à très petit cristaux, tel que celui-ci qui est vendu à Biocoop et certainement dans les autres boutiques bio.

Le mode d’emploi est tout simple : après la douche, sur aisselles sèches, mettez-en sur votre main et frottez doucement vos aisselles. Au-dessus du lavabo, faites tomber l’excédent pour n’avoir plus qu’une fine pellicule. Frottez jusqu’à ce que ce ne soit plus blanc.

Si vous avez le temps et l’envie de vous fabriquer un produit plus sophistiqué et parfumé, suivez la recette suivante :

Ingrédients :
• 2 cuillerées à soupe de bicarbonate de soude
• 6 cuillerées à soupe de fécule de maïs
• 10 gouttes d’huile essentielle d’arbre à thé (Tea Tree)
• 3 cuillerées à soupe d’huile de noix de coco

Dans un récipient, mélangez le bicarbonate de soude, la fécule et l’huile d’arbre à thé. Ajoutez l’huile de noix de coco et remuez jusqu’à obtenir une pâte.

Vous pouvez ajouter à votre goût des huiles essentielles parfumées comme celle de lavande, d’eucalyptus, de bois de santal ou de rose. Quelques gouttes suffisent.

Mettez le produit dans un petit pot à couvercle qui tiendra dans votre armoire de salle de bain. Placez ce pot au réfrigérateur le temps de faire « prendre » la pâte qui peut être trop légère et crémeuse au départ, mais elle durcira avec le temps.

Les différentes préparations avec le gingembre

- Concentré de jus de gingembre préssé (au presse ail ou pillon)
quantité: 2 fois l’équivalent du pouce
Pour les problèmes de maux de gorge entre 1 et 3 ml avec du miel 1 à 2 fois par jour devrait 
Suffire car c’est assez puissant

- Décoction d’une racine de gingembre
(1 phalange à une phalange et demie) 2 tasses d’eau réduites de moitié 
pour les états grippaux ,la fièvre entre 2 et 3 tasse dans la journée

- Infusion de gingembre
Faire infuser 5 à 10 mn des petits morceaux de gingembre avec de l’eau bouillante dans une tasse
A prendre le matin à jeûn pour réveiller le métabolisme, spécialement pour les personnes 
qui n’ont pas faim le matin, c’est également une bonne préparation pour éliminer les toxines.
il est également considéré comme un aphrodisiaque, en fait il n’agit pas directement sur les 
tissus reproducteurs mais c’est un tonique. Il va vous mettre en forme et vous donner du tonus
Pour toute la journée. 
prendre 1 L à 1L 1//2 Tout au long de la journée à boire à petites gorgées

- Le gingembre sec
Il a des effets différents que le gingembre frais
Il est beaucoup plus chauffant et plus agressif. Je recommande entre 1 et 2 mg / jour c’est-à-dire
très peu. Le meilleur véhicule pour le gingembre sec c’est le ghee sinon voous pouvez soupoudrer
sur la nourriture ou le prendre en gellule.
Diabète et hyper cholestérolémie, favorise la perte de poids

Recette à base de miel et de gingembre pour combattre le cancer

Le gingembre est une grande source d'antioxydants qui sont bénéfiques pour notre santé de bien des façons. En outre, il possède des effets inhibiteurs qui empêchent le développement des cellules cancéreuses.

Plutôt que d’accélérer la croissance des tumeurs malignes, il a été prouvé que le gingembre a des effets inhibiteurs significatifs sur la croissance des cellules cancéreuses de la prostate.
De nombreuses études ont convenu que le gingembre peut agir positivement contre le cancer, et ont révélé que l’épice a des propriétés bienfaisantes pour lutter contre près de 101 maladies.

Du gingembre et du miel pour aider à lutter contre le cancer

Ingrédients
• 2 grandes racines de gingembre.
• 1 livre (450 g) de miel biologique.
Comment préparer ce remède?
• Laver les deux racines de gingembre et bien les mélanger avec du miel organique. Conservez dans un bocal et consommer deux à trois cuillères à soupe par jour.
• Il est très important d’utiliser une cuillère en bois ou en plastique.

La pâte d’ail et de gingembre pour aider à traiter le cancer

Cette recette riche à base d’ail et de gingembre combine les propriétés de ces deux anti cancérigènes pour donner un remède efficace pour traiter le cancer.

D’une part, plusieurs chercheurs ont découvert que l’ail a des propriétés qui peuvent aider à prévenir et à combattre le cancer de l’estomac et le cancer colorectal.
Il présente également des avantages importants pour lutter contre d’autres types de cancers tels que celui du sein, de la prostate, du poumon et de la vessie.

Le gingembre, quant à lui, a donné des résultats très positifs dans le traitement du cancer du côlon et du cancer de la prostate.

Cette pâte d’ail et de gingembre possède de nombreuses propriétés pour la santé et pourrait être un remède très efficace pour traiter le cancer.

Ingrédients
• 120 grammes d’ail.
• 120 grammes de gingembre.
• 1 cuillère à soupe d’huile d’olive (15 ml).
Comment le préparer?
• Dans un bol, vous devez mélanger 120 grammes d’ail écrasé avec 120 grammes de gingembre haché et une cuillère à soupe d’huile d’olive. Par la suite, tous les ingrédients doivent être incorporés dans un mixeur afin d’obtenir une pâte lisse.
• La pâte peut être utilisée pour accompagner les repas, ou consommée directement (une ou deux cuillères à soupe par jour).

Gingembre : remède santé

GINGEMBRE POUR LES RHUMES,TOUX,MAUX DE GORGE,ECOULEMENTS DE NEZ,PROBLEMES DE SINUS,LES MAUX DE TETE

GINGEMBRE POUR LE JeûNE, CONTRE LES TOXINES,LES BOUTONS ,LES PROBLEMES DE PEAU

EN USAGE EXTERNE CONTRE LES DOULEURS ARTICULAIRES ET MUSCULAIRES

Le gingembre est classé parmi les aliments aromatiques de saveur piquante, de nature échauffante et d'action post digestive douce. En Inde, il est courant de prendre, mélangés à un peu de miel, du jus de gingembre ou une tisane de gingembre en poudre le matin à jeun pour prévenir et soulager les rhumes et la toux, la gorge congestionnée, les écoulements de nez et les problèmes de sinus.

En cas de jeûne, boire de la tisane de gingembre en poudre permet d'éliminer les toxines. Pour ouvrir l'appétit, il est conseillé de pendre une pincée de sel à une demi-cuillerée de gingembre frais râpé.

Pour soulager les maux de tête, on recommande de faire une pâte faite d'une demi-cuillerée de poudre de gingembre additionnée de juste ce qu'il faut d'eau pour en faire une pâte, et de se l'appliquer sur le front.

En usage externe, le gingembre est antalgique, on l'applique en compresses contre les douleurs articulaires et musculaires et il est conseillé d'en mettre dans l'eau du bain en cas de douleurs, et pour se relaxer. Le plus simple est de mettre du gingembre râpé dans une mousseline et de la nouer autour du robinet d'eau chaude, de façon que l'eau s'écoule à travers le gingembre.

Pour faire mûrir un bouton, il faut appliquer un mélange à part égale de pâte de gingembre et de curcuma.

La Soupe anti-cancer de Hippocrate

Cette soupe est recommandée comme appéritif à chaque repas. C’est la recette originale inventée par Hippocrate (460 av. J.-C.) et utilisée dans la cure de Gerson. Cette soupe aidera à calmer les irritations de l’estomac, la muqueuse intestinale et supportera les reins à mieux éliminer les acides.

Elle est préparée à partir d’ingrédients biologiques suivants:
• 5 branches de celeri 
• Une poignée de persil 
• 6 à 8 tomates 
• 3 oignons moyens 
• 3 poireaux 
• 10 gousses d’ail 
• 3 pommes de terre russet 
• 3 pommes de terre rouge

Les ingrédients ci-dessus peuvent être légèrement couverts avec un peu d’eau filtrée ou de source. Cuire à feu très doux pendant 2 heures. Vous pouvez aussi la passer au mélangeur pour en faire une soupe consistante avec ses fibres et pelures.

Curcuma et cumin

Le cumin : que vous fassiez votre propre eau de cumin ou bien simplement que vous en rajoutiez dans votre nourriture, cette épice a de multiples vertus que les indiens ou les marocains connaissent très bien ! Le cumin est un auto-nettoyant, il sert à purifier le corps, le détoxifier et c’est un excellent diurétique.

Le curcuma quant à lui est un puissant anti-inflammatoire et un antibiotique naturel ! Il stimule également la digestion des graisses, améliore toutes les fonctions biliaires et protège le foie et l’estomac

Pour faire une eau de curcuma ou de cumin : faire bouillir 2 litres d’eau. Mettre une cuillère à soupe de l’épice avant d’éteindre le feu et attendre 2 minutes ; c’est le principe de la décoction . L’eau doit être dorée et non noircie et il faut de préférence boire la potion chaude ! et ne pas la garder plus d’une journée, la renouveler chaque jour…

Faites cela régulièrement en hiver pour vous protéger des virus, c’est extrêmement efficace.

Boire de l’eau de cumin est également un excellent remède pour l’artrose, l’artrite, les différentes formes de polyarthrite, et de manière générale, pour toutes les sortes de maladies dues au stress (sachant que quasi toutes les maladies sont dues au stress !).

Antibiotique naturel : miel + curcuma

Préparation* : 100 grammes de miel cru + 1 cuillère à soupe de poudre de curcuma + une pincée de poivre noir ( pour une meilleure alchimie).

-1 c. à table* pour soutenir votre système immunitaire ou en cas d’allergies saisonnières,
-En cas de mal de gorge,rhume ou grippe, 1/2 c. à thé* toutes les heures la première journée puis espacer les prises au fur et à mesure des journées.
-Avant les repas est le meilleur temps pour tout ce qui est en lien avec la gorge, les poumons
-Pendant les repas pour le système digestif
-Après les repas pour le côlon et les reins

Ballonnements et excés de gaz

Les gaz sont le produit naturel de la digestion par les bactéries intestinales. Parfois, l’accumulation de ces gaz résulte de la fermentation de matière décomposée dans le tractus digestif, ce qui provoque davantage de ballonnements et de flatulences. Une distension pathologique de l’intestin peut survenir lorsque le système digestif fonctionne au ralentit ou qu’une personne retient trop ses flatulences. L’abdomen devient alors très gonflé et dur au toucher, surtout après les repas, ce qui entraîne éventuellement perte d’appétit et constipation.

Causes

La dysbiose intestinale : déséquilibre de la flore intestinale

Une flore intestinale en santé est essentielle à une capacité de digérer optimale. La population de bactéries qui compose notre flore intestinale génère naturellement des gaz. Lorsque cette population est déséquilibrée, nous produisons une quantité anormale de gaz, ce qui engendre les ballonnements. Notre flore intestinale est surtout affectée par : l’alimentation, la qualité de la bile et l’équilibre acido-basique. D’autre part, la diarrhée, une maladie récente ou la prise d’antibiotiques peuvent aussi affecter temporairement l’état de notre flore.

Alimentation

Lorsque l’on souffre de gaz et de ballonnements, il convient tout d’abord de réviser son alimentation, car souvent un simple changement d’habitudes alimentaires fera une grande différence.

Certains aliments sont connus pour être gazogènes et devraient être évités le plus possible. Il s’agit des légumineuses (fèves, lentilles, pois), des crucifères (chou, chou fleur, brocoli) et de la viande rouge. Les solanacées telles l’aubergine, le poivron et la pomme de terre blanche sont également à éviter : on préfèrera plutôt la pomme de terre sucrée.

D’autre part, si l’alimentation est trop riche en aliments difficiles à digérer, le pouvoir de digestion s’en trouvera diminué. Une des façons de prévenir les gaz et ballonnements sera d’éviter ce type d’aliments. Les aliments qui affaiblissent le plus la capacité digestive sont les aliments dits refroidissants, en particulier les liquides froids, les légumes et les fruits crus, ainsi que les produits laitiers, surtout le lait froid, le yaourt et la crème glacée.

Enfin, une alimentation trop pauvre en fibres alimentaires ralentira le transit intestinal et favorisera la production de gaz, entraînant ballonnements et constipation. Une alimentation carencée en fibres nous prive en plus de profiter de leur effet prébiotique, bénéfique à la flore intestinale.

Qualité de la bile

La bile est responsable de la digestion des graisses, mais sa qualité influence aussi beaucoup la santé de la flore intestinale. Comme c’est le rôle du foie de produire la bile, celui-ci doit bien fonctionner pour produire une bile de qualité. Pour tonifier le foie, on consommera régulièrement des salades et des tisanes amères en petites quantité avant ou après les repas, du moins pendant quelques semaines. Parmi les plantes médicinales qui soignent le foie, on retrouve entre autres l’artichaut, le chardon-marie, le curcuma et le pissenlit.

Équilibre acido-basique

Une infime variation du pH intestinal provoque une prolifération anormale de certaines bactéries, ce qui déséquilibre la fragile flore intestinale. Favoriser un mode de vie et alimentation moins acidifiants feront donc une grande différence pour les gaz intestinaux et pour l’état de santé général.

Au niveau du mode de vie, il s’agit de diminuer ou de mieux gérer les sources de stress pour éviter la production d’acidité. Par ailleurs, améliorer la qualité de notre respiration ainsi que de notre sommeil aide l’organisme à éliminer les acides métaboliques.

Quant à l’alimentation, on préconise de consommer plus de légumes verts, foncés et feuillus ainsi qu’un peu de farines et céréales complètes, non raffinées. Le sucre et les farines raffinés, les excès de protéines, les fromages durs et le café comptent parmi les pires sources courantes d’acidité dans notre alimentation.

D’autre part, les prébiotiques et les probiotiques ont une action directe sur la santé de la flore intestinale. Les prébiotiques nourrissent la flore et optimisent l’activité des bactéries lactiques. Nous devrions en consommer un peu tous les jours. Les probiotiques sont des bactéries de source extérieure qui contribuent à maintenir l’équilibre et à améliorer la qualité de la flore microbienne.

Vision de la médecine traditionnelle indienne

Les personnes développent davantage de gaz intestinaux lorsqu’elles sont très actives, nerveuses, agitées, préoccupées ou anxieuses. En ayurvéda, médecine traditionnelle indienne, ces caractéristiques correspondent au principe vata, dont le siège est le gros intestin.

Un dérèglement de vata entraîne aussitôt l’accumulation de gaz dans l’intestin et affecte les rythmes biologiques, ce qui mine la digestion. Obstrué par les gaz, les aliments circulent alors plus lentement et fermentent dans le tractus digestif, d’où la sensation d’être ballonné.

Solutions

Veillez à préparer et manger les repas dans le calme ainsi qu’à mastiquer longuement les aliments. Cela facilitera la digestion et diminuera la production de gaz. L’hydratation est tout aussi importante : boire chaque jour une quantité suffisante d’eau chaude ou tiède.

Aliments à favoriser :

  • Les légumes sous forme de soupes
    • Les fruits et légumes cuisson al dente avec épices appropriés à votre constitution
    • Les légumes racines, fèves vertes ou jaunes, courges
    • Les légumes verts, foncés et feuillus (qui sont particulièrement alcalinisants)
    • Les salades et tisanes amères, l’artichaut, le chardon-marie, le curcuma et le pissenlit, pour tonifier le foie
    • Les farines et céréales complètes, non raffinées et naturellement sans gluten telles :qu’ un peu de riz,de quinoa...
    • Les épices carminatives (voir plus bas)
    • Les prébiotiques alimentaires : banane, chicorée, céréales complètes, lacto-fermentations (vinaigre de cidre, kombucha, choucroute et autres légumes lacto-fermentés) et les plantes médicinales comme le pissenlit, l’aunée, la bardane
    • Les aliments riches en fibres tels les fruit et légumes, céréales complètes
    • Les infusions de plantes toniques nerveux : avoine fleurie, ashwagandha, cataire, mélisse, schisandra

Aliments à éviter :

  • Les stimulants comme le thé et le café
    • Les liquides et les aliments froids
    • Les légumineuses
    • Les solanacées
    • Les céréales et les sucres raffinés
    • Les crucifères
    • La viande rouge,les proteïnes animales
    • Les produits laitiers

Consommer des carminatifs

Les carminatifs sont un traitement de choix pour cette problématique, puisqu’ils apportent un soulagement rapide, voir immédiat et ne coûtent presque rien.

Qu’est-ce donc qu’un carminatif ? Ce sont des épices et des herbes aromatiques qui contiennent des huiles essentielles, lesquelles dispersent et évacuent les gaz. On les utilise dans l’alimentation ainsi qu’en infusion, ou encore mélangées à un peu d’eau tiède sous forme de poudre.

Nous avons plusieurs épices et herbes carminatives courantes à notre portée, le cumin et le fenouil étant parmi les plus puissants. Mentionnons aussi l’anis, l’asa-fœtida, le basilic, la cannelle, la cardamome, la coriandre, le persil, le thym, la sauge, etc.

Soulignons que lorsque le problème est présent, il est en général pertinent de consommer des doses quotidiennes fréquentes et abondantes de carminatifs. Par exemple, boire une tisane carminative après chaque repas et inclure des carminatifs dans les plats. Une fois la situation résorbée, on peut se contenter de les intégrer à nos plats cuisinés, en prévention.

Se faire une oléation quotidienne

L’oléation consiste en une application quotidienne d’huile sur l’ensemble du corps. Le lien entre la problématique des gaz et ballonnements et le fait de huiler la peau ne se fait pas instantanément si l’on n’est pas familier avec les principes de l’ayurvéda .Retenons que le principe vata est étroitement lié aux gaz et à des symptômes d’assèchement. Pour rétablir son équilibre, on préconise des traitements à caractère nourrissants et onctueux, d’où l’idée d’utiliser les huiles.

L’oléation consiste à appliquer une généreuse quantité d’huile sur l’ensemble du corps, visage inclus, en massant bien pour la faire pénétrer. On choisira de préférence pour vata une huile de sésame pure et biologique, ou encore une huile de lin ou d’amande douce. Laisser pénétrer l’huile pendant 15 à 30 minutes puis prendre une douche en savonnant avec une poudre exfoliante à base d’argile blanche ou un savon doux, pour enlever l’excédent.

On évitera toutefois l’oléation dans les cas suivants : présence d’infection, d’inflammation, d’oedème ou excès de toxines dans l’organisme.

Réviser son régime de vie

Réviser son régime de vie permet de diminuer à long terme la récurrence des symptômes.

  • Privilégier une régularité /routine de vie, surtout pour les heures de repas et les heures de lever et coucher
    • Se coucher tôt
    • Éviter l’excès d’activité mentale : trop parler, lire, regarder la télé, etc.
    • Pratiquer des exercices de respiration et de méditation quotidiennement
    • Faire des exercices modérés tels que le Yoga, marche et autres
    • Pratiquer la posture virasana (posture du héro), avant et après les repas : c’est une posture qui tonifie le méridien (trajet énergétique lié à l’organe) de l’estomac et favorise une bonne digestion

Sans oublier le conseil peut-être le plus important de tous : cultiver une attitude mentale empreinte de calme et d’optimisme !

Exercices particuliers en yoga

Voici un exemple de routine de yoga visant à pacifier l’esprit, rétablir le feu digestif et favoriser l’enracinement : la durée de tenue des postures se calcule en respirations lentes et profondes, en s’assurant d’expirer lentement et complètement.

  • Commencer par quelques respirations profondes et une courte méditation en virasana (posture du héro)
    • Délier la colonne avec des échauffements légers, tel marjariasna (le chat dos rond /dos creux)
    • Exécuter divers exercices pour travailler la force des abdominaux ; la série des pawanmukhtasana 2 * est particulièrement adaptée aux problématiques digestives
    • sethu bandhasana (posture du demi pont) : tenir 5 à 10 respirations
    • matsyasana (posture du poisson) : tenir 5 à 10 respirations

Puis, au choix :

  • Pour les débutants : sasangasana (posture du lièvre) et dhanurasana (posture de l’arc), chacune tenues 5 à 10 respirations
    • Pour les plus avancés : shirshanasa (posture sur la tête) et chakrasana (posture de la roue), chacune tenues de 5 à 10 respirations

Ensuite, pour tous :

  • torsion vertébrale au sol ou assise, au choix : tenir 5 à 10 respirations de chaque côté
    • kapalbhati pranayama
    • Travailler mulabandha : contraction des muscles du plancher pelvien, aussi appelé la manœuvre de Kegel. Faire quatre contractions rapides sur une rétention du souffle à poumons pleins. Répéter 10 fois et faire suivre d’une contraction tenue le plus longtemps possible
    • Terminer avec une courte relaxation suivie d’une courte méditation avec prithvi mudra (mudra de la terre) ou le mudra de votre choix, ou encore réciter le mantra de son choix ou simplement se concentrer sur le souffle

Conclusion

Toute personne souffrant de gaz et de ballonnements pourra donc envisager son traitement de la manière suivante : dans un premier temps chercher à soulager les symptômes dans l’immédiat, puis dans une perspective plus large chercher à comprendre la source du problème et veiller à modifier ses habitudes de vie afin de prévenir de futurs épisodes.

En général, une infusion quotidienne de carminatifs, l’ajustement de ses habitudes alimentaires ainsi que la pratique d’un exercice modéré régulier feront toute la différence. Dans tous les cas, on ne saurait trop insister sur l’importance de la constance et de la régularité dans le traitement choisi, afin de rétablir et maintenir l’équilibre à longue terme

Acidité et équilibre acido basique

Les activités ordinaires, le stress et l’alimentation sont autant de sources quotidiennes d’acidité pour l’organisme. Un déséquilibre acido-basique ralentit le métabolisme et favorise l’émergence de bien des maux, depuis la dysbiose intestinale jusqu’aux problèmes de peau. Cet article traite principalement des problèmes d’acidité car, bien que ce soit possible, il est très rare que des gens souffrent d’alcalose.

L’équilibre acido-basique

Le pH mesure la concentration en ions d’hydrogènes dans une solution. Les acides contiennent plus d’ions d’hydrogène alors que les bases sont riches en ions hydroxyle. Dans l’organisme, le pH doit impérativement rester stable pour que les échanges chimiques qui maintiennent continuent d’avoir lieu. Le pH des diverses parties de l’organisme se situe généralement entre 7.0 et 8.0, alors que celui du sang se trouve en tout temps près de 7.4.

Les reins, les poumons et la peau excrètent les acides via l’urine, le gaz carbonique et la sueur, respectivement. L’organisme dispose aussi de trois différents systèmes pour tamponner l’acidité impliquant bicarbonates, phosphates et protéines.

Lorsque tous ces systèmes se révèlent insuffisant, le corps puise dans ses réserves minérales, notamment dans les os. C’est tout l’organisme, du squelette aux cheveux, ainsi que ses fonctions vitales qui se trouvent affectés par une déminéralisation.

Qu’est-ce que l’acidification ?

Bien que le pH sanguin reste toujours à peu près le même, on dit d’un organisme qui subit les affres de l’acidité qu’il « s’acidifie ». Les efforts déployés par l’organisme pour compenser l’acidité ont des conséquences fâcheuses à long terme. L’acide s’accumule dans les tissus conjonctifs, au niveau des fibres collagènes du tissu de soutient (mésenchyme) jusqu’à ce qu’ils durcissent et ne puisse plus alimenter les tissus environnants. La circulation et les échanges cellulaires ralentissent, ce qui affecte tout le métabolisme.

Sous l’effet de l’acidité, les problèmes de peau et les inflammations s’aggravent, le système nerveux perd de sa résistance au stress ainsi qu’à la douleur et la flore bactérienne se dérègle (dysbiose intestinale), ce qui perturbe l’élimination et le système immunitaire.

Les bactéries et les champignons prolifèrent chez les organismes acides, les muqueuses deviennent sensibles, les muscles tendus, les ongles et les cheveux cassants, les dents développent des caries. Bref, l’organisme vieillit et dégénère plus rapidement sous l’effet de l’acidité.

De plus, l’alimentation acidifiante est liée dans la littérature scientifique à la prise de poids, l’hypertension, l’hypercholestérolémie et les troubles de l’humeur. L’acidité est en cause dans toute une myriade de pathologies : angines, aphtes, colites, cystites, gastrites, migraine, ostéoporose, sinusite et bien d’autres encore.

L’importance de la respiration

La qualité de la respiration a un impact déterminant sur l’équilibre acido-basique. Quelques respirations profondes suffisent à modifier sensiblement le taux d’acidité. Ainsi, prendre conscience quelques fois par jour de l’état de notre respiration peut grandement améliorer notre état de santé. Toute une branche du yoga est d’ailleurs consacrée aux exercices de respiration : le pranayama.

Le sommeil combine l’inactivité à la respiration profonde : c’est par conséquent un état où nous éliminons beaucoup d’acidité. Par ailleurs, il ne faut pas oublier l’impact de notre état psychologique sur notre respiration et notre taux d’acidité.

L’équilibre acido-basique et l’alimentation

La plupart des minéraux présents dans la nourriture sont alcalinisants (calcium, magnésium, fer, potassium, sodium), bien que le soufre, le phosphore, le chlore et l’iode soient acidifiants. Un régime équilibré, comprenant une bonne portion de légumes et de céréales entières, biologiques de préférence, nous garantit un apport convenable en minéraux, ce qui maintient avantageusement notre équilibre acido-basique.

Augmenter sa consommation d’aliments alcalinisants permet de conserver son équilibre acido-basique. Il faut cependant distinguer les aliments acides des aliments acidifiants. C’est-à-dire que le résultat final sur l’organisme dépend moins du pH initial de l’aliment que de la quantité de minéraux alcalinisant qu’il renferme. Par exemple, un citron sera moins acidifiant qu’une orange grâce à son contenu en minéraux et ce, malgré son pH plus acide.

Beaucoup de controverse et de confusion subsiste autour de l’alimentation en rapport à l’équilibre acido-basique car on ne peut simplement consommer que des aliments purement alcalinisants. En effet, plusieurs groupes d’aliments sont surtout acidifiants et les acides font partie d’une alimentation normale.

Par conséquent, les recommandations alimentaires énumérées ci-dessous identifient par groupes d’aliments ceux qu’il convient de favoriser en cas d’acidification et ceux dont il faut éviter les excès :

Céréales : Les céréales et les farines raffinées sont appauvries en minéraux et en fibres. Intégrer les céréales complètes à sa diète et choisir des produits faits de farines entières, est une bonne façon de réduire son acidité. Les céréales ne sont pas aussi alcalinisantes que les fruits, les légumes et les graines, mais l’avoine et le quinoa comptent parmi les céréales les moins acidifiantes, contrairement au blé, au seigle et au maïs. Le pain germé est idéal mais consommez le levain avec modération.

Légumes : Les légumes verts et colorés sont de loin les aliments les plus alcalinisants. Plus de légumes dans votre assiette fera donc toute la différence pour votre équilibre acido-basique.
• Bette à carde
• Betterave
• Brocoli
• Carottes
• Céleri
• Chou vert • Épinards
• Kale
• Germinations
• Haricots
• Laitues
• Patate douce

Exceptionnellement, certains les légumes sont acidifiants.
• Ail
• Artichaut
• Asperge
• Chou de Bruxelles
• Cresson • Radis
• Rhubarbe
• Oignon
• Poireau
• Tomate

Fruits : Les fruits font partie des groupes alimentaires surtout alcalinisants. Les fruits frais au goût sucré laissent des résidus alcalins. Le citron, un fruit acide mais très alcalinisant, fait exception.
• Avocat
• Banane
• Châtaigne
• Citron
• Datte • Kaki
• Melons
• Pêche
• Poire
• Raisins sucrés

Les jus de fruits et les fruits frais de saveur sûre doivent être consommés avec modération par ceux et celles qui s’acidifient facilement.
• Abricots
• Agrumes
• Canneberges
• Cassis
• Kiwis • Groseilles
• Petits fruit au goût sûr
• Pomme grenade
• Prunes
• Pruneaux

Noix et graines : Les noix sont en général des aliments quelque peu acidifiants, tandis que les graines et les amandes sont davantage alcalinisantes. Lorsqu’elles ont trempé quelques heures pour amorcer leur germination, leur valeur nutritive et leur potentiel alcalinisant augmente. En voici quelques unes parmi les moins acidifiantes :
• Amandes
• Cachous
• Graines de citrouille • Graines de sésame
• Noix de coco
• Noix du Brésil•

Épices, fines herbes et plantes médicinales : Les épices et les herbes comptent parmi les aliments les plus alcalinisants. Certaines herbes médicinales ont une propriété dite alcalinisante car elles sont particulièrement riches en minéraux. D’autres plantes supportent les organes et les fonctions vitales qui éliminent les acides, notamment les reins.
Elles peuvent être prises quotidiennement sous forme d’infusions, de capsules ou en concentrés liquides. Les vinaigres médicinaux infusés de plantes alcalinisantes sont particulièrement efficaces, en raison de la capacité du vinaigre à extraire les minéraux. Le vinaigre de cidre de pomme est d’ailleurs lui-même un alcalinisant hors pair riche en minéraux.
• Avoine
• Cataire
• Ortie
• Orme rouge

• Plantain
• Prêle
• Sureau

• Trèfle rouge

Viandes et légumineuses : Ces groupes d’aliments sont considérés comme acidifiants, mais peut varier selon la proportion des protéines dans l’alimentation (voir ci-dessous). Les protéines animales sont considérés comme plus acidifiantes en général que les protéines végétales, en raison de leur forte proportion d’acides aminés soufrés qui se transforment en acide sulfurique.

Produits laitiers : Le lait non pasteurisé, de soja ou le petit-lait sont de bons alcalinisants. Cependant, consommez les fromages durs et vieillis, le yogourt et les lacto-fermentations avec parcimonie.

Sucres : Les sucres font partie des groupes d’aliments les plus acidifiants, car une portion des glucides et transformée en acide lactique une fois métabolisée. Puisque les sucres raffinés sont dépourvus de la plupart de leurs minéraux, favorisez par conséquent le sucre bio, fait de jus de sucre de canne séché, le sirop d’érable ou d’agave et la mélasse verte. Le miel est considéré comme étant plus acidifiant que ces derniers.

Breuvages stimulants : Enfin, ne négligez pas le potentiel acidifiant des stimulants comme le thé, le café ou les populaires « boissons énergétiques », qui provoquent l’élimination de minéraux et surexcitent le système nerveux, augmentant la quantité de stress subi par l’organisme.

Les protéines et l’acidité

Lorsque les protéines constituent une forte proportion de l’apport énergétique quotidien, elles peuvent devenir une source importante d’acidité. En effet, l’énergie produite avec des protéines par l’organisme, engendre beaucoup d’acide urique. Une consommation normale de protéines, soit d’environ 15% de la valeur nutritive quotidienne en kilojoules (environ 1g par kg de poids corporel), ne pose donc aucun problème.

À propos des tests de pH urinaire

On peut se servir de la mesure du pH urinaire observer une tendance approximative en comparant les variations de pH urinaire à court terme, au moment où l’on modifie certaines habitudes de vie, par exemple.
En revanche, les languettes qui mesurent le pH urinaire ont une utilité limitée puisque l’acidification se traduit davantage par une déminéralisation qu’une variation du pH, l’organisme devant à tout prix maintenir son pH stable. De plus, une lecture du taux d’acidité de l’urine n’indique pas celui qui prévaut à l’intérieur de l’organisme. Selon une étude publiée en 2005, il n’y aurait pas non plus de corrélation entre le pH urinaire et l’excrétion nette d’acides.

Comment rétablir l'équilibre acido-basique ?
• en diminuant l'apport d'aliments acides ou acidifiants.
• en augmentant la consommation des aliments crus, tout en respectant sa propre capacité métabolique à l'égard des crudités.(AGNI LE FEU DIGESTIF)
• en augmentant l'apport d'aliments alcalins.
• en mangeant lentement, consciemment, dans le calme et en mâchant bien les aliments (ceci les rend plus alcalins).
• en améliorant la qualité de vie par une recherche sur le sens de l'existence et celui de la maladie.
• Par la pratique régulière du Yoga
• par des exercices de pranayama (respiration)
• promenade dans la forêt ou en montagne.
• par d'autres activités sportives et harmonieuses.
• par l'apport d'un remède alcalinisant naturel (en cas de nécessité).
• en suivant une cure de désintoxication une, deux ou plusieurs fois par année pour régénérer le corps et l'esprit.

Mais la première des choses à faire, est de choisir ses aliments en fonction de sa constitution energétique (PRAKRITI), et connaître la liste des aliments alcalinisants, afin d'éviter le plus possible tous les aliments acidifiants, d'être sérieux dans la continuité tout en adoptant La juste attitude : - « rester dans la voie du milieu », et de ne pas être extrémiste. (cela créé de l’acidité dans les pensées et le corps).En faisant des cures strictes régulièrement ,on peut vivre le reste du temps avec 80% de légumes et fruits vivants en s’octroyant 20% de liberté éthique (j’entends par là végétalienne/yogique /satvique, bien sur)

Dans les cas d'acidité très prononcée, il peut être nécessaire de prendre certains produits naturels (plantes, minéraux) alcalinisants. 
Mais soyez très prudents avec les médicaments généralement prescrits pour lutter contre l'acidité, ils présentent en général une toxicité importante (métaux lourds).

On en revient toujours au principe de base : il n'existe pas de produit miracle pour rétablir un équilibre que vous avez détruit par vos mauvaises habitudes (alimentaires et de style de vie), mais une prise de conscience et une action sur le long terme.

L'oxigénation, le Yoga, le Pranayama, la marche au grand air, l'exercice physique, les séjours en altitude, toute activité qui favorise le métabolisme en général et accélère le rythme respiratoire permet d'augmenter l'élimination des acides faibles et contribue ainsi à une désacidification de l'organisme.

Une journée au grand air provoque une acidification des urines, qui provient d'une part de l'augmentation du métabolisme musculaire, producteur d'acide lactique, et d'autre part de l'augmentation générale du métabolisme de base. L'oxygénation oxyde de nombreux acides tissulaires et permet de les éliminer par les reins.

Attention à la "cure de citron". C'est un excellent moyen de corriger une acidose chronique pour un organisme sain, mais elle ne sera pas favorable et aura même l'effet inverse (déminéralisation) chez une personne ayant un métabolisme lent ou faible.

Combien de temps faudra-t-il pour désacidifier l'organisme ?

Il m’est difficile de répondre à cette question car tout dépend de la constitution de la personne (PRAKRITI). 
Pour une personne ayant une grande accumulation d'acides, il faudra certainement plusieurs mois, à condition que la nourriture consommée soit parfaitement choisie, et que le mode de vie soit équilibré. 
La prise de certains produits naturels alcalinisant peut considérablement accélérer le processus, et les résultats sur le bien-être et l’amélioration de la santé seront très rapidement sensibles.

Encore une fois, attention aux "médicaments" (chimiques) proposés pour corriger l’acidification : 
Aucun de ces produits n’est sans effets secondaires important, ils présentent tous une forte présence de métaux lourds toxiques, et donc toujours des conséquences néfastes pour la santé globale.

En conclusion

Une diète dépourvue d’aliments raffinés et bien fournie en fruits et légumes ainsi qu’une respiration adéquate suffisent bien souvent à maintenir un bon équilibre acido-basique, ce qui permet d’éviter de nombreux problèmes de santé et de conserver plus longtemps la vitalité du corps. Notre alimentation peut être la meilleure ou la pire des choses. Elle peut - et doit - nous apporter tous les éléments qui vont constituer notre corps, tous les nutriments qui vont lui fournir l'énergie de la vie, et toutes les "informations" nécessaires à la vie.

De mauvaise qualité, mal préparée, "ingérée" sans conscience et en quantité excessive, elle devient un véritable poison, cause de perte de vitalité, de vieillissement prématuré, et d'un grand nombre de maladies... 
Il ne faut jamais oublier que, de la tête aux pieds, l'homme est constitué tout simplement par ce qu'il mange...

Quelle est la cuisson idéale pour la santé et obtenir les meilleurs goûts ?

Que peut-on attendre de la cuisson idéale ?

La cuisson idéale est sans aucun doute la cuisson à la vapeur douce, inférieure à 95/97°C. Elle réunit beaucoup d’avantages méconnus, tout en se faisant cataloguer comme « fade » ou « bouillie », ce qu’elle n’est évidemment pas.

C’est le seul mode de cuisson qui respecte l’identité de l’aliment.

C’est une cuisson efficace, rapide, protectrice, et qui nettoie les aliments de tous les toxiques, additifs et métaux lourds dûs aux modes de culture, à l’environnement, et aux techniques industrielles de préparation alimentaire.

On peut tout cuire à la vapeur douce : légumes, légumineuses, céréales ,gâteaux… sauf les fruits qu’on doit toujours consommer frais sans cuisson.

Mais il faut être attentif aux temps de cuisson car plus la durée s’allonge, plus la présence des vitamines diminue et plus les bons nutriments se dégradent. Une bonne cuisson est une cuisson courte, contrairement à la « chaîne du chaud ». Si vous conservez un aliment à 63°C seulement mais pendant des heures, la plupart des nutriments auront été détruits.

L’identité de l’aliment, c'est sa couleur, son odeur, son goût et sa texture

La couleur des vitamines, l’odeur des molécules aromatiques, la saveur des sels minéraux et la texture des fibres sont le reflet des qualités nutritionnelles des aliments. Ces qualités doivent rester les plus naturelles possible pour nous nourrir correctement et être bien assimilées. Elles ne doivent donc pas être dégradées par la cuisson.

Attention aux excès de cuisson

Un excès de cuisson change très vite les glucides complexes en sucres « rapides ». Il dégrade les acides gras ou les transforme chimiquement en molécules complexes. Quant aux protéines, elles se débobinent en acides aminés formateurs de sucre (on dit gluco-formateurs) qui constituent des sucres cachés.

Tous ces nutriments transformés perturbent la digestion et le transit intestinal, ouvrent la voie aux dérèglements digestifs et, à long terme, aux maladies du métabolisme, tout en réduisant les défenses immunitaires. Plus grave est l’engrenage à long terme : ainsi plus on cuit, moins on supporte les crudités et les fruits frais, qui seuls peuvent rendre la santé à notre intestin malmené.

Le « cuit-vapeur » révèle les plus grandes qualités de l’aliment à cuire

La vapeur douce, obtenue dans une sorte de couscoussier à un seul étage, avec grille à larges trous et couvercle bombé, et que l’on remplit largement d’eau, va dès l’ébullition environner l’aliment, pénétrer à l’intérieur, le faire transpirer et évacuer les toxiques allergènes, et le cuire très rapidement.

Le meilleur instrument de cuisson à la vapeur douce, qui répond à ces caractéristiques, a été mis au point par André Cocard dans les années 80 sur le modèle des appareils de cuisson asiatiques ou sud méditerranéens ; il l’a nommé Vapok. 
Actuellement, deux cuit-vapeur de ce type et très performants sont disponibles sur le marché, le Vitaliseur et le nouveau Vapok, et a été plus répandu depuis sous le nom de vitaliseur. Le cuiseur vapeur electrique magimix à T° réglable constitue une bonne alternative pour « les plus préssée » car il est doté d’une minuterie ,ce qui demande moins de surveillance.

Pour un maximum d’efficacité, il faut, à la manière chinoise, couper légumes en petits morceaux, les étaler dans le tamis, couvrir, remuer, couvrir, et les enlever dès qu’ils sont juste cuits, craquants "al dente" : cinq minutes suffisent. La cuisson se termine par accumulation de chaleur interne alors que les aliments sont déjà sortis du cuit-vapeur et en cours d’assaisonnement.

L’équation température-durée

Il est très important de respecter l’équation température-durée pour les temps de cuisson. On peut cuire la plupart des aliments en cinq minutes, légumes coupés, légumineuses trempées depuis la veille (ce qui lance la germination et les enrichit en vitamines et phytohormones).

Par contre, les céréales et les grains assimilés sont à mettre dans un bol en inox avec de l’eau : pour un volume de riz complet ou de sarrasin, il faut un volume et demi d’eau ; pour un volume de quinoa (que l’on doit rincer trois fois pour enlever les substances allergisantes) , un volume trois-quarts d’eau ; pour un volume de millet, deux volumes d’eau ; la durée est de 20 à 25 minutes selon la quantité, dans le tamis du cuit-vapeur avec le couvercle. Le résultat est étonnant, le riz ne colle pas et les grains sont parfaits et uniformément cuits, même pour du riz complet.

Les gâteaux cuiront en vingt à trente minutes selon volume, avec un maximum de moelleux, de légèreté et de digestibilité, surtout si vous remplacez le beurre par du ghee ou de l’huile de coco, et utilisez des farines naturellement sans gluten…

Le résultat final est très convaincant, tous les parfums préservés et révélés se fondent au moment où les différents ingrédients sont réunis et assaisonnés selon votre constitution avec herbes, sel gris ,ghee ou huiles crues, et épices à votre goût, dans une cocotte ou un plat. On ne recuit pas, on mélange, on couvre et on laisse fondre cinq minutes avant de servir. Les saveurs sont plus fines et délicates, il s’agit d’une véritable gastronomie qui stimule et restaure les sensations, n’alourdit pas la digestion, et rend à la fois le plaisir de créer des plats savoureux et magnifiques de couleurs naturelles, et celui de déguster avec un palais des saveurs retrouvé !

Boissons ayurvédiques spéciales "agni"

C'est-à-dire bonnes pour notre système et feu digestif selon l'ayurvéda.

Le butter-milk contre la gastroentérite

Chaque année avec les fêtes de fin d’année arrive l’épidémie de gastroentérite. Pour l’Ayurvéda, il s’agit d’une forme d’indigestion due à des facteurs externes (principalement alimentaires qualitativement et quantitativement) et internes (Agni – feu digestif – faible).

Dans le système digestif assailli à des intervalles rapprochées d’aliments très lourds et en quantité excessive, les 3 doshas, responsables de la digestion, sont perturbés et rejettent à l’extérieur les aliments partiellement digérés. Tant que les 3 doshas ne sont pas revenus à la normale par un repos du système digestif et une restauration du feu digestif, les symptômes perdurent. Ceci peut prendre de 3 à 7 jours.

L’Ayurvéda appelle cette condition Amadosha. Il existe de multiples manières de prévenir et soigner ce désordre, mais si il n’y en avait qu’une à retenir, ce serait... le butter-milk.

Spécialité indienne, le butter-milk est réalisé à partir de yaourt.
en Voici la recette:

  • 1/2 c.à.c de cumin
  • 1/2 c.à.c de graines de moutarde jaune
  • 1/2 c.à.c de graines de poivre noir
  • 1/2 c.à.c de poudre de gingembre
  • 1 yaourt nature ( au lait de vache ou chèvre)
  • 3 ou 6 fois son volume en eau
  • Quelques feuilles de coriandre fraîches

* Mettre tous les ingrédients dans votre récipients puis mixer la préparation suffisamment longtemps pour qu'elle soit bien aérée et suffisamment onctueuse. *Jeter la mousse avant de se régaler.

C’est un stimulant du système digestif. Il est apéritif et aide à la digestion des aliments lourds. C’est un bon remède contre l’intoxication alimentaire mais aussi les inflammations, les maladies de la rate, l’anémie, l’absence de goût, la fièvre virale, les vomissements, les douleurs abdominales, la diarrhée, les hémorroïdes, l’aérocolie, l’ascite et la dysurie.

Le shot ayurvédique

il s'agit d'une boisson équilibrante en ayurvéda que l'on nomme dipana A prendre 30 min avant le repas !

  • 1/2 c.à.c de sel de l’Himalaya ou de sel non raffiné
  • 1/2 c.à.c de poivre noir
  • 1 à 2 cm de gingembre 1/2 citron
  • un peu d'eau *

Couper le gingembre en lamelles fines et les réserver dans son mixeur *
Mettre le poivre, le sel, le demi citron dans votre mixeur *
Mixer la préparation jusqu'à obtenir une pâte liquide *
Presser la préparation de sorte à en faire ressortir tout le jus et le mettre dans un verre * Ajouter de l'eau à votre convenance pour délayer la préparation et l'adoucir.

Detox

sensations de lourdeur, absence d’appétit, difficultés à se lever le matin, esprit confus, douleurs abdominales, besoin de bouger et de s’étirer... l’organisme est bel et bien encrassé !

En Ayurvéda, cette condition est expliquée tel que : Ajirna (indigestion due à une consommation alimentaire excessive) provoqueMandagni (baisse des secrétions enzymales) donnant lieu à la production d’Ama (déchets). Il faut donc relancer le métabolisme et transformer les déchets accumulés. Pour cela, quelques conseils :

 Boire de l’eau chaude en particulier le matin à jeûne et après chaque repas. Mélangez ½ cuillère de gingembre et ½ cuillère de curcuma pour accélérer le nettoyage de l’organisme.

 Jusqu’à ressentir une réelle sensation de faim (valable après tout gros repas), les prochaines prises alimentaires doivent être pris sous forme liquide : soupes, eau de riz, tisane, jus de fruits frais, butter-milk.

 Lorsque l’appétit revient, il est conseillé de privilégier les aliments suivants : yaourt, orge, potiron, carotte, aubergine, oignon, riz, ail, asperges, citron, grenade et d’éviter toute alimentation lourde.

 Ajoutez des épices dans vos plats. Elles sont toutes bonnes et pas besoin d’aller chercher de lointaines épices indiennes. Notre bon vieux poivre est une des meilleures épices digestives.

 Une activité sportive modérée (il ne faut pas oublier que le corps est fatigué des excès), si possible au grand air supportera la remise en forme.

 Une séance en sauna ou hammam aidera également le corps à évacuer (en revanche à éviter juste après un abus).

 Le sommeil ne doit pas être négligé, se coucher à des heures raisonnables est essentiel pour le repos de l’organisme.

Comptez 10 jours de récupération pour retrouver une bonne énergie pour la nouvelle année.

Diarrhée

Pour arrêter une diarrhée, prendre un yaourt auquel vous aurez mélangé une pincée de curcuma, de coriandre en poudre, de cumin et de gingembre. Si une épice vous manque, augmentez la dose des épices à disposition (2 pincées à la place d’une seule).

Bonne mine

Afin de conserver un beau teint toute l’année, faites une cure de curcuma.

 En application externe, mettez quelques pincées dans votre crème de nuit et laissez poser toute la nuit. Ce masque maison est purifiant et donne naturellement bonne mine.

 En interne, prendre chaque matin 1/2 cuillère de curcuma au réveil dans de l’eau chaude, vous procurera un teint légèrement rosé au bout de quelques jours. En plus, c’est excellent pour éliminer les toxines et contrôler son poids.

PS 1 - attention le curcuma est une épice qui tache. Protéger votre oreiller afin qu’il ne bénéficie pas lui aussi de l’effet bonne mine !

PS 2 - cette épice ne doit pas être utilisée en excès, car elle est assèchante.

Hoquet

Mâchez un clou de girofle.

Insomnie

 Un verre de lait chaud sucré avec une pincée de noix de muscade aide à trouver le sommeil en première partie de nuit. Un réveil est possible vers 2h du matin. Un nouveau verre de lait permettra de terminer la nuit.

 Se masser la plante des pieds, les jambes et la tête avec de l’huile de noix de coco et inhaler 2 gouttes dans chaque narine aide également à ralentir l’activité cérébrale et induire le sommeil.

Spasme musculaire

Massez vigoureusement le muscle contracté avec de l’huile (sésame, amande douce…) et du sel jusqu’à ce que la partie devienne bien rouge, que le muscle commence à se détendre et que l’huile ait été absorbée par la peau. Pour terminer, passez sous un jet d’eau bien chaude ou appliquez une serviette d’eau très chaude sur le muscle. Répétez l’opération jusqu’à disparition du spasme (en 3 ou 4 cessions environ).

Coryza

Pour arrêter les écoulements, frictionnez de la poudre de gingembre et de cannelle au niveau des sinus (front, aile du nez et hauts des joues).

Toux

Pour stopper tous types de toux, mâchez quelques graines de cardamome.

Yeux rouges

Après une journée de travail sur ordinateur les yeux sont rouges et brûlent. Quelques gouttes d’Eau de Rose (attention elle ne doit pas contenir d’alcool) dans chaque oeil apaise et réduit la fatigue oculaire.

Gommage maison

Pour vous faire une peau de bébé, mélangez 2 cuillères à café de sel dans 2 cuillères à soupe d’huile(olive, amande, pépins de raisin...). Frictionnez dans la douche, puis passez-vous sous un jet d’eau chaude pendant 2 mn pour enlever les grains et faire pénétrer l’huile. Vous pouvez ensuite vous laver comme à l’accoutumée. Résultat : une peau douce et hydratée !

Le site www.satmya.fr ne remplace en aucune façon une consultation médicale. L'utilisation des informations fournies s'effectue sous la pleine et entière responsabilité de l'utilisateur. En aucun cas, la SARL et sa représentante légale Isabelle Gerhardt ne pourront être rendues responsables de cette utilisation, ainsi que d'erreurs, d'inexactitudes ou d'omissions pouvant exister sur ce site.

Satmya © 2018. Site conçu par Forsaken Pad | Mentions légales